Les héros du Rwanda


mercredi 2 février 2011
Nous avons oublié la raison pour laquelle les autorités rwandaises ont décidé de commémorer leurs héros le 1er février. Ce jour-là et pas le 1er octobre jour anniversaire de l’attaque du Rwanda depuis l’Ouganda en 1990 ni le 4 juillet quand les rebelles du Front patriotique rwandais (FPR) ont pris Kigali en 1994.

Parmi ces héros, il y a notamment Fred Gisa Rwigema qui menait l’attaque du 1er octobre 1990 et qui n’y survécut pas. Il avait eu beaucoup plus de chances dans ses autres entreprises guerrières (Mozambique, guerre contre Amin Dada, contre Obote II et Okello en Ouganda.

Il est vrai qu’il a sacrifié sa vie pour rentrer au Rwanda mais il était aussi prêt à sacrifier celle des autres et sans leur demander leur avis.

Parmi les autres personnes que le Rwanda honore, il y en a qui n’avait pas d’armes pour se défendre. Le New Times évoque l’ancien premier ministre Agathe Uwilingiyimana massacrée par des soldats de l’armée gouvernementale d’alors. Le régime du FPR reprend aussi parmi ses héros, des étudiantes de l’école de Nyange (ex préfecture de Kibuye) qui n’ont pas voulu se séparer d’après leurs ethnies lorsque des rebelles infiltrés présumés hutu venus du Zaïre/RD Congo les ont capturées. Sont-elles restées toutes ensemble parce qu’elles ne savaient pas qui survivrait à cette séparation entre les Hutu et les Tutsi ? D’après l’interprétation de Kigali, les filles hutu ont choisi de mourir avec leurs collègues tutsi.

Le Rwanda a aussi placé parmi ses modèles, le Roi Mutara III Rudahigwa qui d’après l’unique quotidien rwandais se serait toujours battu pour le bien-être de la population du Rwanda et pour l’indépendance du pays. Contrairement à son père, lui s’était converti au catholicisme et il avait consacré le Rwanda à Jésus Christ. Il n’est pas mort les armes à la main en luttant contre le colonialisme mais dans des conditions mystérieuses – pour certains – après qu’un médecin belge l’a soigné à Bujumbura (Burundi).

Il est devenu Roi avec l’assentiment des Belges après l’exil forcé de son père au Congo belge.

Le 28 janvier de cette année, un de nos lecteurs nous a dit qu’il allait participer à une commémoration du coup d’Etat de Gitarama qui a renversé la monarchie au Rwanda. C’était en 1961. Le Roi Rudahigwa n’était plus depuis le 25 juillet 1959 et les Républicains rwandais ne souhaitaient pas du tout que le régime du défunt lui survive et se maintienne après l’indépendance. Ils avaient aussi l’assentiment des Belges.

Une autre catégorie de héros ce sont les personnes toujours vivantes, celles qui se sont battues pour libérer le pays.

Ceux-ci posent beaucoup plus de problèmes que les défunts parce que leurs relations avec le régime peuvent évoluer radicalement et leur statut de héros vivant en même temps. D’après vous, le lieutenant-général Kayumba Nyamwasa qui a été le patron du renseignement militaire pendant la guerre de libération et chef d’état-major de l’Armée patriotique rwandaise pendant la lutte contre l’insurrection des ex-FAR dans le nord du Rwanda… un héros ou un vaurien ?

Si vous avez accès à la liste de ces héros vivants dites-nous si l’exil, une condamnation ou l’emprisonnement annule des actes jugés auparavant héroïques.

Et Paul Kagame ? Un héros ! D’accord mais jusque quand ?

Libération héroïque du pays mais à quel prix !

NKB 02/02/2011

Remembering the lives of Rwandan heroes

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s