Qu’est-ce qui n’a pas encore été tenté pour la faire taire ?


Diane, Assinapol​, Aristide, Arioste, Adeline, Aristote et Anne (montage photo : JamboNews, etc)

Depuis que Diane Rwigara a littéralement bondi sur la scène politique apathique du Rwanda en février dernier, différentes approches ont été adoptées pour la neutraliser.

Elle dénonçait alors les violations des droits de l’homme et la misère de la population et d’aucuns se sont interrogés sur les motivations de l’enfant aîné de feu l’homme d’affaires Assinapol Rwigara.

Mlle Rwigara, disaient-ils, serait guidée par la volonté de se venger du décès de son père et qu’elle serait manipulée par des membres de l’opposition exilée.

En mai, elle annonce son intention de se présenter à l’élection présidentielle du mois d’août que le sortant Paul Kagame est sûr de gagner. Des photos la montrant nue sont publiées sur les réseaux sociaux et sur des sites web en Ouganda. 

Peine perdue ! Elle maintient son projet d’affronter le chef de l’État rwandais.

Fin juillet, elle dépose son dossier de candidature à la Commission électorale. Celle-ci ne la valide pas parce que la condition des 600 signatures de soutien ne serait pas remplie. Pendant les quelques jours avant la date limite de dépôt Rwigara recueille d’autres signature et déclare en avoir remis 1100.

Lorsque la Commission électorale nationale retient 3 candidats et en rejette 3 autres dont celle de la seule femme, elle explique que celle-ci n’a que 572 signatures valides mais qu’elle a découvert dans la listes des signataires quelques noms de personnes décédées et un obscur parti se plaint qu’une liste d’une trentaine de ses adhérents avaient été versée dans le dossier de Rwigara à leur insu.

Une quarantaine de cas suspects mais plus aucune trace des centaines de signatures ajoutées avant la date limite.

Le 14 juillet, jour du début de la campagne électorale, Diane Rwigara lance le Mouvement pour le Salut du Peuple. Une nouvelle photo d’elle nue circule sur les réseaux sociaux.

Entretemps, elle passe dans de très nombreux médias africains et internationaux, francophones et anglophones en dénonçant sans mettre des gants, les abus et les dérives, selon elle, de l’administration Kagame.

Les élections se passent comme prévu, rien à signaler. Le chef de l’État prête serment entouré d’une vingtaine d’homologues du continent et la fin de la semaine dernière le premier ministre est nommé et le gouvernement mis en place. Dans son allocution qui suit, le président évoque une personne qui a souhaité devenir président mais à qui ça ne confère aucune immunité.

Voilà tout est en place, on peut gérer le dossier Rwigara : le mardi suivant, la police ouvre une enquête sur Diane Rwigara pour faux et usage de faux et le reste de la famille pour évasion fiscale.

Depuis tous les concernés sont injoignables mais la police insiste qu’ils ne sont pas en état d’arrestation dans des locaux de la police.

Quatre jours que ça dure…

NKB-D

Publicités
Cet article a été publié dans rwanda. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s