Au Rwanda, on ne se plaint pas, on cherche des solutions


« Intore ntiganya, ishaka ibisubizo ». 

Les intore – la troupe des élites (du parti au pouvoir) – ne se plaignent pas, ils cherchent des solutions.

C »est devenu le slogan des Rwandais dont on n’attend plus qu’ils critiquent, dénigrent, s’opposent à ce qu’ils voient ou entendent.

S »il y a un problème, une difficulté, une crise, etc.; il faut chercher et trouver une voie de sortie.

L’an dernier, lorsque les habitants de la Province de l’Est étaient frappés par la sécheresse et que leurs champs étaient vides et leur bétail décimé, ils ne sont pas plaint aux autorités locales… Par centaines voir par milliers, ils ont quitté le pays pour ne pas mourir de faim.

Ce n’est qu »après plusieurs mois que les autorités nationales ont mis en place des distributions de vivres pour les concernés.

Donc on ne se plaint pas mais on cherche des solutions. D’après certaines mauvaises langues, parmi ces solutions, il y aurait la dissimulation des faits gênants comme les décès d’enfants et/ou de leurs mères. 

Les fonctionnaires, les infirmières, les gestionnaires et autres commissaires arrangent-ils leurs chiffres pour atteindre les objectifs fixés par la hiérarchie ? Incroyable mais c’est ce que nous lisons depuis quelques semaines dans la presse du grand ami britannique.

Les autorités rwandaises affirment fièrement que les faits parlent d’eux-mêmes et que le progrès est visible sur le terrain et dans les rapports.

Kiririrwa ntikirara

« Un mensonge passe la journée mais le lendemain on sait que c’était un mensonge ». C’est ce que disent les Rwandais. Nous saurons demain qui ment/triche/invente/manipule/etc. et qui cherche/trouve des solutions, travaille et progresse.

Ailleurs on dit « you can’t foot all the people, all the time ».

Nous n’avons pas eu l’opportunité d’étudier dans feue l’Union des Républiques Socialistes et Soviétique (URSS) mais nous avons entendu parler de Stakhanov et du Stakhanovisme

Il s’est avéré longtemps après, que les performances surhumaines de l’ouvrier modèle étaient bidonnées.

Plus près de nous dans le temps, la Grèce… les statistiques de son économie étaient maquillées et la chute fut encore plus dure que dans les autres pays européens lorsque la crise fut venue.

Ça finit toujours par se savoir quand vous vivez au-dessus de vos moyens financiers ou physiques…

NKB-D

Au début de la campagne électorale, nous avons été touché par une vieille dame courbée mais très digne qui répétait « intore ntiganya, ishaka ibisubizo ». Elle se rendait à l’un des premiers meetings du président Paul Kagame en s’aidant d’un bâton pour avancer.

Publicités
Cet article, publié dans Élections, communication, Développement, economie, génocide, immobilier, Kigali, médias, Politique, presse, propagande, réconciliation, rwanda, Travail, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Au Rwanda, on ne se plaint pas, on cherche des solutions

  1. Ndumunyarwanda dit :

    hahhaha, bla bla , uzi n’ikindi se? nkutuye akaririmbo ko muri Antilles kitwa : »Et alors »!! cg se akandi ko mu bavandimwe ba Ivory cost kavugwamo ngo: « Le chien aboie, la caravane passe ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s