Génocide des Tutsis : Mme Habyarimana contredit la thèse de Kigali


Le journaliste belge Peter Verlinden de la Radio Télévision Belge néerlandophone VRT a rencontré Agathe Kanziga, la veuve de feu l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana et Jean-Luc Habyarimana, le plus jeune de ses fils.

Le journaliste a choisi de traiter du dossier rwandais à partir du point de vue de l’ancienne première dame du Rwanda.

Le documentaire d’une cinquantaine minutes traité de la famille d’Agathe Kanziga, de sa rencontre avec son futur mari pour ensuite se concentrer sur la question ethnique (le journaliste n’a pas mentionné les Twas), la guerre, l’assassinat du président Habyarimana et les massacres.

Le génocide – sans le complément des Tutsis –  a été évoqué et Mme Habyarimana a notamment affirmé qu’il n’aurait pas été possible si son mari n’avait pas été tué. 

Selon la thèse officielle en vigueur au Rwanda et dans les milieux favorables au pouvoir actuel, le génocide a été préparé de longue date, certains remontant aux lendemains de l’indépendance sous la présidence de feu Grégoire Kayibanda.

Dans ce scénario, Habyarimana a été assassiné par les extrémistes dans son entourage familial et politique et Mme Habyarimana n’aurait pas été étrangère au complot. Le documentaire revient sur ces accusations rejetées par l’intéressée.

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda qui a jugé et condamné les principaux suspects du génocide des Tutsis n’est pas parvenu à mettre en évidence , de manière incontestable, une planification de ce génocide avant l’assassinat du président Habyarimana, le 6 avril 1994.

Le choix du journaliste belge et de son employeur, la télévision publique belge de donner la parole à Mme Habyarimana durant les commémorations d’avril n’est certainement pas vu d’un bon œil du côté de l’Avenue des Fleurs (Ambassade du Rwanda à Bruxelles) et ailleurs en Belgique, surtout dans les milieux des rescapés du génocide des Tutsis.

M. Verlinden qui est accusé de négationnisme du génocide des Tutsis est interdit de visa pour le Rwanda et figure sur une liste des étrangers persona non grata au Rwanda.

Le journaliste belge rejette ces accusations de négationnisme et considère qu’elles sont portées contre lui parce qu’il traite aussi des crimes commis par les anciens rebelles qui sont aujourd’hui au pouvoir au Rwanda.

NKB-D

Mille mercis à notre lecteur bruxellois qui nous a signalé l’erreur sur le nom du plus jeune fils Habyarimana. Mille excuses à toute la famille.

Rwanda : Nelly Mukazayire, un fardeau en héritage (Jeune Afrique)

Publicités
Cet article, publié dans exil, France, génocide, hutu, justice, presse, rwanda, tutsi, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s