Commémorer toutes les victimes de 1994 au Rwanda, ensemble : négationnisme ? 


Rwanda : Paul Kagame s’en prend à « ceux qui ne sont pas au clair avec le génocide des Tutsis »

L’autre jour, le 6 avril, nous évoquions ici même un communiqué de presse de la famille de feu le président Juvénal Habyarimana concernant la fin brutale de celui-ci et le mystère qui plane toujours autour des responsable de l’attentat.

Visiblement ce communiqué et son évocation en ont irrité plus d’un. Nous avons retenu la réaction du plénipotentiaire du Rwanda en Belgique qui a déploré que nous n’ayons pas mentionné une enquête française en cours qui contredit une autre enquête française et qui corrobore une enquête rwandaise.

Il a aussi regretté que nous n’ayons pas analysé le dit communiqué qui qualifie de fâcheux les événements – tragiques selon nous et beaucoup d’autres – qui ont suivi l’attentat fatal contre le chef de l’État et de la famille.

Le lendemain, le 7 avril, deux autres de nos amis Facebook ont critiqué qu’on puisse parler d’enquête sur l’avion de Habyarimana en même temps que les victimes du génocide des Tutsis.

Mais parmi nos relations FB il y a aussi l’autre son de cloche de ceux et celles qui ont perdu les leurs qui étaient dans l’avion présidentiel et qui se souviennent aussi. Et aussi ceux dont des parents ont été tués avant le 6 avril 1994 et après en raison de crimes de guerre commis par les troupes rebelles.

Réagissant à une de nos publications, à propos de notre nuit du 6 au 7 avril 1994, l’un d’eux a évoqué les crimes du pouvoir actuel. Un autre lui a demandé de laisser tranquille ceux qui commémorent selon la ligne officielle. Ce à quoi une tierce personne a répondu qu’elle voulait qu’on la laisse aussi se souvenir des siens.

Ces échanges se produisent sur les réseaux sociaux entre Rwandais du Rwanda et de l’étranger d’une part et des Rwandais exilés d’autres parts qui ne manquent pas de diverger d’avec les desiderata officiels.

À l’intérieur du Rwanda, le débat sur la commémoration officielle et simultanée de toutes les victimes des années nonante – quatre-vingt-dix – est clos. Mais en Belgique notamment, certains groupes rendent hommage chaque année, à  toutes les victimes de la crise rwandaises sans oublier celles qui sont tombées au Zaïre/RD Congo. Rwandais, Congolais et Burundais.

Il est clos, à ce stade de la réconciliation.

NKB-D 08/04/2017

Pour l’intégralité de l’échange.

Publicités
Cet article, publié dans exil, génocide, hutu, justice, rwanda, tutsi, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s