Rwanda Day, Rwanda Daymographics


La culture était le thème choisi par les organisateurs du Rwanda Day à San Francisco la nuit – la veillée – du samedi 24 au dimanche 25 septembre. Dans les faits, il s’agit selon eux du premier Rwanda Cultural Day.
Notre culture, nos valeurs et nos traditions, le chef de l’État en avait particulièrement traité dans son allocution prononcée à la clôture de la semaine d’éducation civique destinee à 2500 étudiants rwandais de l’enseignement supérieur, il y a deux semaines.

Le raisonnement est que pour se développer, il faut que ça se fasse avec pour socle la culture, les traditions et les valeurs nationales. Le bon exemple étant les pays asiatiques qui ont su allier efficacement tradition et modernité.

Ça, c’était le programme du Rwanda Day mais il y a aussi la réalité sur le terrain que le retour et le recours à  nos valeurs et à nos traditions culturels n’est pas encore parvenu à modifier.

Notamment en ce qui concerne la démographie de notre pays. Avec quelques 12 millions d’habitants sur une superficie de 26 338 km2 nous sommes toujours champion d’Afrique. Contrairement aux 5,5 millions de Singapouriens, les Rwandais sont essentiellement des ruraux qui ne peuvent compter que sur leur terre et leur bétail. Il y a vingt-cinq ans, une famille rwandaise vivait difficilement avec moins d’un hectare – moins de 2 terrains de football (soccer). La population était alors de 7 millions. Juste avant « la guerre d’octobre 90 », la guérilla, le génocide des Tutsis et la victoire militaire des rebelles du Front patriotique rwandaise.

Il faut donc absolument que la productivité agricole soit augmentée très significativement pour compenser chaque année les centaines de milliers de nouvelles bouches à  nourrir.  Avec un taux de croissance démographique de 3%, dans 12 mois nous aurons un demi-million de Rwandais à  nourrir, soigner, vêtir, etc. en plus.

Alors que l’équilibre de la situation alimentaire d’une partie non négligeable de la population est précaire.  Il a été question de disette dans l’est du pays due à  la sécheresse mais pas seulement. Des centaines de familles ont quitté le pays pour fuir la faim en migrant vers l’Ouganda. La proportion d’enfants sévèrement mal nourris est aussi importante.

Si nous sommes 12 millions aujourd’hui, cela signifie que plus de la moitié d’entre nous à moins de 30 ans. Il faut leur assurer une éducation et un enseignement de qualité pour qu’ils ne soient pas des marginaux désoeuvrés – avec ou sans diplômes – incapables de subvenir à leurs besoins.

Il est donc absolument vital de mobiliser tout le monde et toutes les maigres ressources et le plus vite possible au travers de beaucoup de « Rwanda Days » et surtout beaucoup de travail et de sacrifice. Sans oublier d’adapter notre reproduction à notre production ! 

Même la maligne hyène ne peut pas puiser de l’eau avec un panier.

C’est notre proverbe adapté. 

Bon Rwanda Day !

NKB-D

Photos du Rwanda Culturel Day (Flickr)

Rwanda Cultural Day

Famine au Rwanda: le climat n’est pas seul en cause (NKB-D, 03/07/2016)

Famine hits over 100,000 Rwandan families in Eastern province (The Eastafrican, 02/07/2016)

Il y avait déjà de l’insécurité alimentaire avant 1990, comment nous en sortons-nous avec 5 millions de compatriotes en plus ?

Cet article, publié dans rwanda, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s