Génocide des Tutsis: E. Ruhigira, l’ex-Dir-Cab de Habyarimana arrêté


L’ancien dernier Directeur de cabinet du président Juvénal Habyarimana, Enoch Ruhigira a été arrêté en Allemagne en fin de semaine dernière pour son implication présumée dans le génocide des Tutsis au Rwanda, selon The New Times, un organe de presse proche des autorités rwandaises.

M. Ruhigira n’a pas été appréhendé après une longue et rocambolesque cavale puisqu’il vivait au vu et au su de tout depuis plus de 20 ans en Nouvelle-Zélande.

Pour rester libre, Enoch Ruhigira n’avait pas dû changer de noms ou de visage et n’a pas bénéficié de la complaisance d’une puissance étrangère étatique ou autre. Le journal Igihe rappelle ependant que son départ en exil a été facilité par la Belgique.

D’après certaines informations, il avait été pressenti pour rejoindre le nouveau régime directement après la prise du pouvoir par les rebelles du Front patriotique rwandais en juillet 1994.

Il y a quelques années, il avait publié un ouvrage sur la fin du régime Habyarimana qui avait été très commenté parmi les exilés rwandais.

Ce choix de témoigner par cet ouvrage mais aussi par d’autres voies ne serait pas étranger à ces récents ennuis judiciaires.

Un procès en bonne et due forme lui permettra de livrer tout ce qu’il sait sous le contrôle de juges et d’autres témoins-clé.

L’Allemagne n’a pas extradé de suspect du génocide parce que ses autorités judiciaires considèrent que les concernés ne bénéficieraient pas d’un procès équitable.

Sera-t-il renvoyé vers la Nouvelle-Zélande dont il a acquis la nationalité ?

NKB-D

VÖLKERMORD IN RUANDA
Verdächtiger in deutscher Haft
 (TAZ)

La photo publiée par le TAZ et celle de l’ancien ministre Edouard Karemera condamné pour son implication dans le génocide des Tutsis.

Genocide fugitive held in Germany (TNT)

Ruhigira wari Umuyobozi w’Ibiro bya Habyarimana yafatiwe mu Budage (Igihe)

Le témoignage du dernier directeur de cabinet du président Habyarimana (Échos d’Afrique)

Commentaires d’Edouard Karemera, ancien Ministre (France-Rwanda)

Cet article a été publié dans rwanda. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Génocide des Tutsis: E. Ruhigira, l’ex-Dir-Cab de Habyarimana arrêté

  1. CESAR dit :

    Sur cette Affaire regrettable, il me semble utile de préciser succinctement certains faits.
    Immédiatement après l’assassinat de Habtalimana, Enoch Ruhigira, un membre du premier cercle sous Habyalimana et directeur de Cabinet de celui-ci a quitté le Rwanda avec l’aide de l’Ambassadeur de Belgique, Monsieur Yohan Swinnen vers le Kenya. Il est de notoriété publique que ce dernier était la Voix du FPR au Rwanda comme en témoigne des visas qu’il a délivrés aux centaines de Tutsi pour qu’ils aillent prétendument trouver asile en Belgque mais en réalité pour renforcer les effectifs des Tutsi anti-Habyalimana et son régime opérant dans ce pays. Ce sont les USA qui l’ont fait le nécessaire quant à son installation en Nouvelles Zélandes dont il est aujourd’hui nationale. Le monde entier connaît les méfaits des USA dans la tragédie qui a endeuillé notre pays. Il s’ensuit que Ruhigira Enoch, membre éminent du régime Habyalimana était en fait un agent double. A défaut, il aurait subi le même sort à savoir la liquidation physique ou l’emprisonnement à vie que ses collègues, collaborateurs directs du Président Habyalimana.
    Il faut espèrer qu’il crachera. Mais tous ceux qui le connaissent seraient d’accord avec moi ppur affirmer qu’il ne dira rien, sous peine de signer sa mort.
    Enoch n’était pas au Rwanda à l’époque des faits qualifiés de génocide des Tutsi.Les autorités belges et américaine le savent. Il en est de même de kagame. Dès lors, des questions se posent pourquoi a-t-il été arrêté, sur demande de qui et quels sont les chefs d’accusation à son endroit?
    Si sur demande de Kagame, il n’y aurait alors rien de surprenant car il doit terminer le travail comme il l’a lui-même dit publiquement devant des millions de Rwandais y compris contre les Hutu qui n’ont rien fait et qui sont à l’étranger. Même si les juges allemands prétendent être au service de la Justice dans leur pays, s’agaissant des Hutu Rwandais pourchassés par Kagame, ils sont les exécutants des décisions de celui-ci. La parfaite illustration est le cas des dirigeants des FDLR détenus arbitrairement en Allemagne après une mise en scène judiciaire. Il faut espèrer s’agissant de Ruhigira, ces juges diront le droit et rien que le droit.
    Sur des liens historiques entr l’Allemagne et les Tutsi Rwandais, un rappel sommaire des faits me parraît utile au titre d’illustration de ce qui précéde. L’Allemagne a financé la guerre du FPR contre le Rwanda. Certains soldats du FPR dont Kagame gravement blessés pendant la guerre contre le Rwanda ont été soignés en Allemagne. Les autorités ellamandes en l’occurrence la Chancelière actuelle, au nom de leur pays, se sont toujours opposés aux sanctions contre le Rwanda, Kagame et autres criminels du régime rwandais pour les crimes abominables commis contre des millions de Congolais du Kivu et le pillage à grande échelle des richesses de la RDC. L’Allemagne soutient donc invariablement avec bec et ongles le régime tutsi rwandais.Ses dirigeants respecte la constance historique: l’Allemagne et la France ont tojours été pro-Tutsi. Les faits ne sont pas à prouver. Après l’abolition démocratique de la monarchie, pour leurs intérêts politiques, financiers et géopolitiques, ces deux pays ont été contraints de compser avec les dirigeants Hutu de deux Républiques Rwandais dont le dernier, Habyalimana qui était erronément dit homme de la France.Les faits postérieurs à son assassinat confirme le bien fondé de mes affirmations.
    Par ailleurs, ces deux pays sont les chefs de file des anti-Président Burundais notoires. Pour eux, le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda doivent être dirigés par les Tutsi. Le président burundais est un intrus.Dès lors, il doit être dégagé par tous moyens. Ils ont pris des sanctions contre le Burundi au motif que le président Nkurunziza a prétendument violé la constitution de son pays.Par contre, leurs dirigeants ont remercié et soutenu Kagame pour avoir violé en flagrance la constitution de son pays. Sur les méfaits notoires de Kagame contre les Burundais et les emprisonnements des dirigeants des partis d’opposition, ils ont observé le silence de tombeau. Autrement dit, les intérêts des Tutsi doivent être défendus par tous moyens car seuls ces derniers méritent respect, compassion et justice. Plusieurs plaintes ont été déposées devant les tribunaux français, belges et allemands par les membres des familles des victimes Hutu contre Kagame et certains oligarques de son régime pour génocide des Hutu, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Tous ces criminels se balandent en toute impunité en Allemagne, Belgique et France en l’occurrence. Par contre ces pays dépensent des millions d’euros pour exécuter les décisions fantaisistes et politiques de Kagame contre certains Hutu listés dont en l’espèce Ruhigira Enoch, le tout au mépris total des lois françaises, belges et allemandes. Les faits évoqués dans le présent commentaire sont véridiques et partant vérifiables. Il ne s’agit donc pas d’affabulations.
    L’arrêstation de Ruhigira est purement politique. Dès lors, de deux choses l’une, soit les juges allemands diront le droit et rien que le droit, soit ils diront la politique.

    • nkbnkb dit :

      Il y a dans votre commentaire beaucoup d’informations qui semblent intéressantes malheureusement invérifiables puisque vous n’indiquez pas où ou comment le faire

      • CESAR dit :

        Merci de préciser les info qui méritent plus de précisions quant à leurs sources effectives.
        Certains faits évoqués découlent du bon sens au regard de la chronologie des faits de l’Affaire Rwandaise.
        Rares sont les Rwandais y compris les avocats de la défense qui se sont posé la question suivante: Pourquoi ici au Rwanda, toute évocation, invocation, demande de la chronologie des faits du drame rwandais sont-elles constitutives d’un crime de négationnisme du génocide des Tutsi ou de crime de propagande d’idéologie du génocide des Tutsi? Il convient de rappeler qu’au TPIR, dans l’Affaire du trio Bagosora-Ntabakuze-Nsengiyumva, les avocats de la défense ont demandé aux juges d’examiner impérativement l’Affaire au regard la chronologie de faits du drame rwandais. La qualification juridique des faits dont le génocide dit des Tutsi découlent précisément de leur analyse chronologique. Il est hasardeux de qualifiés de génocide des crimes qui ont été commis dans notre pays sans préciser chronologiquement les faits. Le génocide est une qualification juridique et nullement un fait. Il faut préciser pourquoi et comment les faits commis dans un contexte situationnelle sont constitutifs de génocide qu’il soit des Tutsi ou des Hutu. Face à la demande pertinente des avocats de la défense, les juges ont cédé sur un point. Ils ont rayé de leur vocabulaire la théorie de la planification concertée du génocide dit des Tutsi. Mais dès lors qu’ils avaient été désignés et payés pour juger et condamner certains accusés, ils ne sont allés jusqu’au bout leur logique. Pour prouver à ceux qui les ont positionnés qu’ils sont au service de la justice internationale, ils ont procédé à un bricolage juridique : ils ont inventé la théorie de génocide des Tutsi, fait irréfutablement établi. Cela eu pour effet, l’exclusion de tout débat sur le déroulement chronologique des faits constitutifs du génocide dit des Tutsi, le tout au mépris des règles élémentaires de procédure pénale enseignées dans toutes les facultés de droit du monde entier. Un voisin a été envoyé en prison pour avoir commis le génocide dit des Tutsi. Le mot « génocide des Tutsi, fait irréfutablement établi inventé par les juges du TPIR a été ensuite colporté à grande échelle par les oligarques du régime rwandais. Et il a été retenu pour les Saintes Ecritures par certains ignorants ou les non informés voire même par certains Rwandais. Selon ces derniers, il ya eu chronologiquement deux génocides au Rwanda, celui commis par les Hutu contre les Tutsi d’abord et celui commis par les soldats du FPR contre les Hutu ensuite. Pour Kagame et les siens, les crimes qui ont été certes commis contre les Hutu mais c’est en réaction du génocide commis contre les Tutsi par ces derniers. Il s’ensuit qu’ils ne peuvent logiquement pas être qualifiés juridiquement de génocide. Les Hutu eux-mêmes reconnaissent que les Hutu furent les premiers à commettre les massacres contre les Tutsi. Ils sont dés lors mal fondés à soutenir que les crimes commis à leur endroit en réaction de leurs méfaits contre les Tutsi constituent un génocide. Sur le fondement des faits tirés des écrits du FPR et déclarations publiques sans équivoque de Kagame, j’ai toujours réfuté et réfutera ma vie durant cet argument des Tutsi. Les extraits des rapports et déclarations des maîtres du Rwanda sur le drame rwandais sont des sources incontestables de mes afirmations.
        Je suis à votre disposition pour toute précision.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s