Kagamé: un condensé de Moïse et Jésus 


Kagame, ado.

On a aimé et on aime comparer le président Paul Kagamé aux pires dictatures tels qu’Adolf Hitler, Pol Pot, Saddam Hussein, Joseph Staline, etc.

On pourrait aussi le comparer à d’autres dictateurs plus ou moins sanguinaires comme Nicolae Ceaucescu, Mao Tse Toung, Kim Il Sung, Fidel Castro, Robert Mugabe, Mengistu Haile Mariam,… Comparaison n’est pas raison mais c’est un exercice qui a ses vertus.

Comparons donc !

Paul Kagame naît en octobre 1957 dans une famille riche de la haute noblesse. Quelques mois plus tôt, des intellectuels publient un manifeste dans lequel ils se plaignent des inégalités criantes dont souffrent les petites gens.

Toussaint 1959, les évènements s’accélèrent. Kagamé à tout juste 2 ans et 1 semaine et il ne peut réaliser qu’un bouleversement politique significatif est en cours.

Kagame, bébé. 

Son père doit fuir avec femme et enfants. La famille laisse tout derrière et échouera en Ouganda, très loin des douces collines du Nduga. 

La petite enfance de Paul Kagame nous fait plutôt penser à celle de Moïse (sauvé des eaux) ou à celle de Jésus (né dans une étable parce qu’il fallait que ses parents fuient les « évènements »).

La vie en exil n’est pas du tout dorée, les études sont un luxe difficile et d’autres événement changeront le petit prince déchu en un guérillero.

Lui et ses camarades guerroyeront dans des contrées lointaines et ils finiront par triompher. Ils deviendront des princes mais leur peuple éparpillé dans de nombreux pays étrangers aspire à retourner sur la terre ancestrale. La terre promise. 

Kagame, homme fort.

Par monts et par vaux, dans de terribles épreuves et dans d’atroces souffrance Paul le chef de guerre ramènera son peuple dans la Patrie.

La guerre finie, il devient le dirigeant puissant, craint et respecté au-delà des limites de sa République.

Sa victoire contre les forces en surnombre de ses adversaires et de leur protecteur étonne les peuples encore soumis qui voient en lui un véritable messie africain. 

Bon dimanche ! Bon Sommet !

NKB-D 17/07/2016

En Ouganda,  où Paul Kagame a oeuvré comme numéro 2 du renseignement militaire après la prise du pouvoir par le National Resistance Movement/Army (NRM/NRA) mené par Joël Museveni on l’aurait comparé à Ponce Pilate. Le représentant de Rome qui s’était lavé les mains du sort du Christ.

Cet article, publié dans Rwanda, Grands Lacs, Afrique, Terre., est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s