4 juillet 94: Kigali tombe après 3 mois de siège


image(Photo: Deutsche Welle)

Quand on lit certains récits sommaires sur la prise de Kigali par les troupes du Front patriotique rwandais (FPR), on imagine qu’elles sont parties d’Ouganda pour fondre sur Kigali et arrêter le génocide des Tutsis.

Dans les faits rien de tel: l’Armée patriotique rwandaise (APR) dirigée par le fraîchement promu général major Paul Kagame disposait très officiellement d’un bataillon de 600 hommes (et femmes ?) en plein coeur du nouveau Kigali (Kacyiru, Kimihurura, Remera).

Quand les hostilités ont repris entre l’APR et les Forces armées rwandaises (FAR), suite à l’attentat meurtrier contre le président Juvenal Habyarimana, les troupes rebelles ont combattu à partir du complexe du Conseil national du développement (CND, parlement du parti unique) et elles ont étonnamment très rapidement pris le contrôle de la ceinture de collines autour du centre de Kigali.

L’Armée patriotique rwandaise n’étant pas composées de boy-scouts ni d’enfants de cœur, disposait d’éléments infiltrés. Et armés.
D’après certaines estimations, il y aurait plus d’éléments de l’APR à l’extérieur du cantonnement du CND. Nous en avons rencontré quelques uns qui avaient pour couverture un emploi de domestique dans des familles ordinaires.

Les renforts qui viendront du Nord (Byumba) feront la jonction avec des troupes solidement implantées autour de Nyarugenge, la colline centrale.

Le gouvernement intérimaire mis en place le 9 avril à Kigali, s’installera directement à Murambi à 50 km de là près de Gitarama, la petite localité qui est le chef-lieu de la préfecture de Gitarama doit être convaincu que ses troupes et ses autres partisans ne contrôlent plus la capitale et ses alentours.

La veille du 4 juillet les forces gouvernementales et les milices associées ne tenaient plus que Nyarugenge et le mont Kigali par lequel elles rejoindront nuitamment l’ouest et leur camp en débandade ininterrompue vers le Zaïre. La porte de sortie a été maintenue ouverte pour éviter que des fuyards désespérés ne fassent trop de casse.

Le fruit était mûr. Le nouveau maître du verger l’a cueilli.

Bonnes fêtes nationales !

Cet article a été publié dans Rwanda, Grands Lacs, Afrique, Terre.. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s