Lilian Landor BBCexit : un « accord mutuel » mais une « décision personnelle »


Après 26 ans de carrière à la BBC dont plusieurs années comme responsable des 28 services de langues étrangères ou en anglais pour l’étranger, Mme Lilian Landor a annoncé, d’après nos informations, le mardi 14 juin qu’elle pliait bagages et mettait les voiles.

D’après nos sources Mme Langues a dit au revoir à ses anciens collègues à la va-vite semblant ne pas bien maîtriser le cours des évènements.

D’après le Guardian, qui semble le seul quotidien britannique d’envergure à avoir traité cette affaire, le lendemain des centaines de membres du personnel de la BBC mondiale ont tenu une réunion interne consacrée au départ de Mme Landor. Manifestement en son absence puisque la seule explication très diplomatique est venue du Directeur de l’information qui a présenté ce départ comme la décision de l’intéressée à qui il revenait de l’expliquer ou pas.

« Décision personnelle » précédée par un « accord mutuel »… Elle s’est entendue avec ses patrons de partir de son plein gré !

Elle n’a pas été virée, son départ volontaire a tout simplement été précipité par elle-même avec l’accord de ses supérieurs ! Un « gentlemen agreement » en quelque sorte.

Depuis elle a maintenu le profil silencieux: sur son compte Twitter, elle n’a pas écrit un mot sur la fermeture de cette longue parenthèse au sein de la grosse machine médiatique internationale.

Le Guardian dit avoir sollicité un commentaire de sa part en vain, des centaines de membres de la BBC se seraient réunis non pas pour lui offrir un cadeau d’adieu mais pour comprendre ce qui se passait. Peine perdue.

Cela se passerait dans une grande entreprise privée multinationale ou dans le gouvernement d’un pays même assez moyen en terme de puissance mondiale, il n’est pas certain que la BBC se satisferait d’un « c’est sa décision personnelle » consécutive à « un accord mutuel » et « c’est à elle de vous expliquer son départ si ça lui chante ».

Pas de compte à rendre ?

Omerta chez les questionneurs !

NKB

« Mutually agreed departure »: un départ mutuellement accepté, accepté par les deux parties… N’est-ce pas un pléonasme ?

Un accord imposé ce n’est pas un accord. Pour que quelque chose soit accepté ne faut-il pas que ce soit mutuel/réciproque ?

Il faut peut être comprendre et traduire « tu prends la porte avec une compensation significative et tu la fermes ! »

Une victime consentante ? Ça n’existe pas: si elle est victime, elle ne peut être consentante et si elle est consentante, ce n’est pas une victime.

Cet article, publié dans Rwanda, Grands Lacs, Afrique, Terre., est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s