I. I. Mbonigaba ne dit mot. Consent ? Non, prudent !


image

Dans l’affaire Ismaël Isidore Mbonigaba qui nous a été révélée au début de la semaine, nous nous étions demandé pourquoi l’intéressé n’avait pas réagi dans le débat qui concernait les accusations de pédophilie et d’agressions sexuelles portées contre lui dans divers article de la presse canadienne récemment postes sur Facebook.

Nous avons eu un début d’explication tout à fait plausible par un de nos contacts au Canada qui a confirmé ces accusations et a même évoqué d’autres incidents dans une autre région du Québec/Canada.

Une autre « Québecwandais » à qui nous avons fait part d’autres difficultés judiciaires et administratives de M. Mbonigaba, nous a avoué qu’il etait etonne parce que le dossier était plus compliqué qu’il ne le pensait.

Dès la rediffusion de l’article en question, nous avons envoyé plusieurs messages privés à l’intéressé mais aucune réponse ne nous parvenue à ce stade.

Si sa situation lui impose la prudence, il n’a pas pour autant perdu sa liberté d’expression, jusqu’à preuve du contraire – une condamnation – il jouit toujours de la présomption d’innocence et de sa liberté de mouvement.

Le prochain rendez-vous judiciaire dans cette affaire est fixée à juillet d’après le président de la Diaspora rwandaise de Montréal qui a rediffusé l’article de « La Voix du Sud » qui traitait de cette affaire en décembre.

Cet article a été publié dans Rwanda, Grands Lacs, Afrique, Terre.. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s