Un ex-sénateur du régime FPR dans sa ligne de mire


Le diable est dans les détails, nous disent nos très lointains cousins anglo-saxons et autres gallo-romains. Dans l’article ci-dessous qui traite du retrait du Rwanda d’un mécanisme judiciaire interafricain, l’intéressé Safari Stanley qui a causé cette sortie est qualifié d’ancien sénateur sans précision sur la période de l’exercice de la prestigieuse fonction.

Un détail sans importance ?!

Pas vraiment : Papy Stanley a été longtemps sénateur après le génocide des Tutsis. Sa présumée participation au génocide n’a donc pas été dissimulée parce que Safari avait adopté un profil très bas au Rwanda ou en dehors.

Le semi-officiel New Times commence par évoquer la condamnation à la prison à vie de l’ancien parlementaire de la coalition FPR (FPR, PL, PSD, PDC, PDI, PSR, PSP, PPC, etc.) pour écrire ensuite que le présumé génocidaire a quitté son pays avant sa condamnation – in absentia/par contumace – par un tribunal populaire de sa colline d’origine – il n’y a traditionnellement pas de villages au Rwanda.

Safari Stanley comparaissait librement parce que jusque là, la justice rwandaise n’avait pas jugé que les faits lui reprochés étaient suffisamment consistants que pour justifier sa détention. Idem pour le pouvoir dont le chef suprême, lui avait manifester sa confiance en le faisant un des deux sénateurs désignés constitutionnellement par le chef de l’État.

C’est donc une fois parti que le sage Safari est devenu Stanley le vilain génocidaire qui aurait ravagé le quartier Gikondo dans la capitale mais aussi sur sa colline dans l’ancienne préfecture de Butare et dans le chef-lieu de cellule, l’ancienne ville de Butare.

Aux dernières nouvelles, le quasi octogénaire Stanley Safari vivait en Afrique du Sud où il ne se cache pas puisqu’il était un membre important de l’ennemi juré du FPR, le Rwanda National Congress des Kayumba Nyamwasa, feu Patrick Karegeya, Theogene Rudasingwa et autres transfuges éminents du même FPR.

Et c’est parce que l’ex sénateur présidentiel ne se cache toujours pas que ses anciens patrons se sont souvenus de lui. Leur ancien ami a saisi la Cour Africaine des Droits de l’homme.

C’est un fugitif particulier qui ne se tait pas et qui se bat pour ses droits.

Voyons voir s’il n’est pas dans nos amis Facebook…

NKB 05/03/2016

Rwanda withdraws from African Court Declaration

 

Rwanda: individus et ONG ne peuvent plus saisir directement la CADHP (RFI)

 

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s