Les journalistes « franglo-africains » et Google Translate


Au sein de la rédaction de BBC Afrique à Dakar, l’utilisation de Google Translate, à savoir ce service de traduction automatique en ligne et gratuit, est un sujet récurrent.

Le service français de la British traduit quotidiennement vers le français, une quantité impressionnante de matériel  fourni en langue anglaise par tous les autres services de langue dont la langue de travail est bien entendu l’anglais.

Pour ce faire, les journalistes de BBC Afrique ne disposent pas de beaucoup de temps.

Pour alimenter les « petites » et les grandes éditions, il faut traduire des dépêches d’agences, des « papiers » des autres services,  les réécrire, les adapter, les illustrer avec des sons multilingues dont les scripts en anglais doivent être doublés en français, etc.

Pour gagner du temps, c’est là qu’intervient notre vrai/faux ami Google Translate.

Pour des phrases simples sujet-verbe-complément, aucun problème.

C’est quand les structures sont plus complexes avec des conjonctions de coordination, de subordination, des appositions, des jeux de mots et des proverbes/etc. que les choses se corsent.

Google Translate ne sait pas que William Hague ne doit pas être traduit en Guillaume Haie ou Haye ni que Notre Dame de Paris ne devient pas Our Lady of Paris !

Après le passage dans Google Traduction, le texte obtenu doit être revu pour éviter ces traductions ridicules ou les mots à mots incompréhensibles mais aussi pour vérifier la correction syntaxique, stylistique, etc. en français.

Si certains déconseillaient l’utilisation de Google Translate, ils le faisaient assez mollement et la pratique s’est poursuivie plus ou moins discrètement, certains n’avouant pas y avoir recours.

Avec le temps, le système de Google Translate s’améliore notamment avec les mémoires de traduction – si quelque chose que vous traduisez existe déjà tel quel ou quasi, la machine s’exécute – mais il faut encore votre intervention pour éliminer des incongruités laissées par stupide machine.

Si les journalistes ne sont pas des traducteurs professionnels, ils doivent pouvoir se servir des outils d’aide à la traduction sans tomber dans leurs pièges grossiers, pour l’information qu’ils relaient ne soient pas décrédibilisée par des traductions de distraction massive.

Google Translate est utilisé pour toutes sortes de documents et dans ces cas aussi, il faut rester vigilant parce que ce logiciel traduit machinalement mot à mot, par groupe de mots ou par phrases entières, mais ne comprend pas le sens du texte. Ceci c’est votre travail !

NKB

Google Translate s’améliore progressivement, il ne tombe plus bêtement dans des pièges grossiers comme les noms de personnes ou les noms d’édifices/lieux dits/lieux de culte/etc. D’après le contexte, les noms de famille Hague et Hollande ne sont pas traduits.

Google Traduction : plus vos phrases sont longues moins Google Translate est efficace

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s