Deux ans après, les tueurs de Karegeya courent toujours


Le colonel Patrick Karegeya a été retrouvé mort le 1 janvier 2014 dans une chambre d’hôtel d’un quartier huppé de Johannesbourg. Deux ans ça passe très vite.

À l’époque, tous les doigts accusateurs ont été pointés vers Kigali qui ne cachait pas son indifférence ou sa réjouissance à la nouvelle du décès de l’ancien flamboyant patron du renseignement extérieur rwandais.

L’élimination physique de Karegeya faisait l’affaire du régime du Front patriotique. À première vue. On peut se demander pourquoi elle a été facilitée à ce point…

Seul, sans protection dans un hôtel en vue et sans contact régulier avec ses camarades de l’opposition issue du FPR, Karegeya était à la merci de n’importe quel tueur à qui il ne fallait pas déployer de grands moyens pour l’exécuter et disparaître dans la nature, ni vu, ni connu.

Il était, par contre, en contact avec des connaissances qui faisaient des va-et-vient entre le Rwanda et l’Afrique du Sud.

Notre ancien agent secret n’était pas très discret pour des raisons connues par lui et ses « correspondants » de Kigali et probablement aussi par certains de ses compères du Rwanda National Congress.

Pas claire cette affaire. Où en est l’enquête ?

Cet article, publié dans bbc, génocide, hutu, presse, rwanda, tutsi, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s