Article sponsorisé en faveur de la restauration de l’école primaire de Nyumba


Article publié le 12 octobre dans Ingenzinyayo.com.

La vétusté de l’école primaire de Nyumba est très inquiétante

Les écoliers ainsi que les enseignants de l’école primaire du Groupe scolaire de Nyumba, située dans le Secteur de Gishamvu dans le District de Huye, sont inquiets en raison de l’insécurité causée par la vieillesse des bâtiments qui pourraient s’effondrer sur eux en cas de pluies abondantes.

wpid-ibisenge-biteje-impungenge-.jpg

Les toitures sont dans un état inquiétant
L’école primaire de Nyumba a besoin de contributions d’où qu’elles viennent

Qu’il s’agisse des écoliers, des parents ou des enseignants tous s’accordent sur l’utilité de cette école en ce qui concerne l’acquisition du savoir et les valeurs dignes des Rwandais, ils sont inquiets que ce qui était la source de leur bonheur à une certaine époque pourrait un jour se transformer en une cause de pleurs, le jour où les bâtiments scolaires coûteront la vie à certains d’entre eux parce que les murs ont commencé à se fissurer et que les toitures sont en piteux état.
Mukarugambwa Marie Goreti, une enseignante de l’établissement scolaire de Nyumba en première année, explique que les parents aiment envoyer leurs enfants dans cette école pour le savoir que ceux-ci y acquièrent, ainsi que la politesse qui leur y est enseignée mais qu’elle-même et différents parents qui y ont placé leurs enfants sont préoccupés par les bâtiments des classes qui sont très vétustes.

Mukarugambwa a ajouté : « Nous sommes inquiets que nous pourrons rencontrer des difficultés en saison des pluies parce qu’en particulier la toiture de la classe où j’enseigne est fissurée et trouée en certains endroits, c’est un problème sérieux. Nos classes sont très vieilles, elles sont fissurées : quand il pleut, le vent souffle sur les enfants et ceux-ci sont très inquiets parce que les bâtiments vétustes ont commencé à se fissurer.

Habineza David, un des écoliers raconte qu’ils sont traumatisés lorsque l’orage gronde parce qu’ils pensent que leur classe va leur tomber sur la tête.

Le groupe scolaire de Nyumba a une histoire

D’après Muhire Jean Paul, le Directeur du Groupe scolaire de Nyumba, cet établissement à une histoire parce qu’il a été construit en 1949 et qu’il a été d’une grande utilité : certains de ceux qui l’ont fréquenté sont devenus des dirigeants importants du pays.

Il a poursuivi en donnant cet exemple : « cet établissement est d’une importance cruciale pour les parents. Au secondaire, on compte plus de 700 enfants, dans le primaire environ 600. C’est un effectif important, les parents envoient leurs enfants en espérant que ceux-ci vont bénéficier d’une éducation de base qui leur permettra de se rendre utiles et d’être autonomes dans leur vie future. »

Classe Nyumba

C’est pour ces raisons que les parents apprécient cet établissement parce qu’il est à la pointe en termes de résultats : l’an dernier sur une centaine d’élèves qui ont passé l’examen de fin d’études secondaires, un seul a échoué.

Muhire : « nos résultats sont reconnus par les parents qui sont encouragés ainsi à continuer à inscrire leurs enfants ».

Cependant, lui aussi il insiste sur ce problème des bâtiments de l’école primaire : « (Jusqu’à présent,) les classes des élèves du secondaires sont de construction récente mais en ce qui concerne le primaire, les enfants sont toujours dans les classes construites en 1949.

Ce sont des classes vraiment vétustes, l’état des toitures est préoccupant, les poutres en bois des charpentes sont en état de décomposition, nous devons continuellement les réparer. Les bâtiments des classes de l’école primaire sont une source de grande inquiètude.

Les toitures de ces classes sont faites de tuiles. Quand le vent est fort certaines tuiles s’envolent et elles sont perdues. Il s’ensuit que l’eau de pluie s’infiltre dans les murs et c’est très inquiétant. »

Lorsqu’il pleut, les enfants de deuxième et de troisième primaire vont s’abriter dans les classes des élèves de 12 ans qui ont été reconstruites récemment mais qui ne sont pas encore achevées. En cas de fortes pluies, comme l’explique Muhire, ces vieilles classes pourraient s’effondrer et il souhaite que tous les niveaux concernés coopèrent pour que cette école soit rénovée.

Des bâtiments d’une autre époque

Bizimana P. Emmanuel, le Secrétaire exécutif du Secteur de Gishamvu dans le District de Huye, affirme que le problème des bâtiments de l’école primaire de Nyumba est connu.

Selon lui, c’est un des établissements qui existe depuis le plus longtemps et pour lequel beaucoup a déjà été fait comme la construction de nouvelles classes, dans le cadre du programme de l’enseignement primaire, des classes ont été construites, il y a des toilettes. Il reconnait cependant que les classes visiblement vétustes exigent d’être restaurées parce que leur état est inquiétant et qu’elles ne sont pas appropriées pour l’époque actuelle.

« Ces classes étaient modernes à l’époque mais elles ne sont plus appropriées à l’époque actuelle, l’enseignement tel qu’il est pratiqué aujourd’hui dans notre pays clairvoyant, exige que les bâtiments soient solides. »

Les classes dont on a besoin aujourd’hui sont des classes accessibles à tous les Rwandais, que celui qui a un handicap puisse y accéder facilement, je parle de l’accessibilité à la classe, la porte de la classe doit permette d’aller et venir facilement.

Et une fois dans la classe, quand l’instituteur lui donne les cours, il ne doit pas avoir de difficultés pour écrire, parce que l’élève doit recevoir les moyens d’écrire pour s’habituer à écrire ou qu’il puisse s’exprimer de manière écrite or cette école ne remplit pas les conditions pour ça.

Amashuri-abanza-muri-groupe-Scolaire-ya-Nyumba

Ces classes ne sont plus adaptées à l’époque actuelle.

A part ça, au cas où il y aurait une urgence due à une catastrophe, les écoliers ne devraient pas se bousculer dans une seule porte en essayant de sortir de la classe, parce qu’une seule porte ne leur permettrait pas de sortir. Il doit donc y avoir deux portes afin qu’ils puissent sortir par l’autre porte.

Cette école ne dispose pas non plus des équipements nécessaires pour lutter contre les incendies alors que les écoles de l’Etat construites actuellement en sont pourvues.

Il faut ajouter à cela que rien n’a été prévu pour canaliser l’eau qui s’écoule des bâtiments afin qu’elle n’endommage pas d’autres infrastructures qu’il s’agisse des rues, d’autres bâtiments, sans oublier les sanitaires.

En ce moment, le Service national de Météorologie (Meteo Rwanda) avertit les Rwandais que dans les prochains jours, il pleuvra beaucoup comme ça ne s’est plus vu depuis 50 ans, ce sera dû au phénomène météorologique connu sous le nom d’ « El Niño » (une combinaison de vents et de chaleur d’origine océanique).

Les experts météorologues estiment que cette chaleur inhabituelle peut provoquer des inondations qui peuvent être suivies par des famines dans (les pays de) la région dont le Rwanda fait partie.

Bizimana en appelle à la contribution de tous, que ce soient les habitants, les anciens (écoliers/élèves), les autorités ainsi que les religieux – parce que cette école a été fondée par des prêtres catholiques – pour une solution durable à ce problème de constructions vétustes des classes du primaire dans le Groupe scolaire de Nyumba.

La bonne nouvelle

Iki-ni-igishushanyombonera-cyukuntu-amashuri-abanza-yi-Nyumba-azaba-ameze-namara-gusanwa

Plan des classes primaires de Nyumba après la réhabilitation.

D’après des informations qui sont parvenues au journal Ingenzi, il y a une bonne nouvelle pour cette école édifiée en 1949 par les Pères blancs quand ils ont créé la paroisse de Nyumba. Elle est subventionnée par l’Etat en coopération avec le Diocèse de Butare.

Nous avons pu savoir qu’une association rwandaise ACAPE dont l’objectif est la promotion de l’enseignement s’est donné pour mission de trouver une aide qui servira à réhabiliter les classes qui sont sur le point de s’écrouler.

D’autres informations indiquent que le Diocèse de Butare en collaboration avec l’ACAPE a commencé à sensibiliser les bienfaiteurs pour qu’ils contribuent à ce programme. Nous avons aussi eu la possibilité de regarder le plan montrant comment les classes seront lorsqu’elles seront réhabilitées.

Des bienfaiteurs continuent de visiter cette école à l’invitation de l’association ACAPE et ils rencontrent les dirigeants de l’école et ceux du district. Nous avons appris qu’il y a une association française ADESAF (Association pour le Développement Economique et Social en Afrique) qui s’est engagée à collecter cette aide, elle a par le passé envoyé une délégation qui a évalué les besoins à 400 millions de francs rwandais (env. 500 mille €).

Twashoboye-kubona-igishushanyo-mbonera-kigaragaza-uko-amashuri-azaba-ameze-namara-gusanwa

Plan des classes primaires de Nyumba après la réhabilitation.

Nous avons pu voir le plan montrant comment les classes seront lorsqu’elles seront réhabilitées.

Nous nous sommes entretenus avec l’une des personnes qui soutiennent l’association ACAPE, le journaliste Venuste Nshimiyimana, il nous a fait savoir qu’au début de l’année prochaine, des actions seront menées pour collecter ces fonds et toute la somme sera remise au Diocèse de Butare qui va s’occuper de la construction de ces classes.

VenusteOKIl a conclu que « l’école de Nyumba est une fierté pour les nombreuses personnes qui l’ont fréquentée, moi y compris. Je suis prêt à donner ma contribution à toute aide qui permettra à mes petits frères et mes petites sœurs d’étudier dans une endroit agréable et confortable ».

La rédaction d’Ingenzi Nyayo

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s