De la propagande efficace du pouvoir rwandais


wpid-received_10205575902339398.jpegNous avons eu l’occasion de rencontrer à l’ambassade du Rwanda à Dakar, deux membres du gouvernement rwandais en mission au Sénégal dans le cadre d’une conférence organisée par la Banque africaine de Développement.

La ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Géraldine Mukeshimana et le secrétaire d’État aux Finances et à la Planification chargé de celle-ci, Uzziel Ndagijimana ont consacré leur dernière soirée au pays des Senghor, Diouf, Wade et Sall, à la communauté rwandaise locale.

Ils étaient en compagnie d’un technicien du ministère de l’agriculture et d’une paysane – une agricultrice-éleveuse si vous préférez –  venue par ici pour expliquer le programme Gira Inka Munyarwanda (Rwandais, aie une vache !).

Ce programme gouvernemental consiste à donner une vache aux familles pauvres pour qu’elles disposent non seulement de lait pour améliorer leur alimentation mais aussi de bouses pour le fumier utile pour fertiliser les champs.

C’est la version rwandaise du « apprendre à pêcher plutôt que donner du poisson ». Là on vous donne la vache – pas la viande rôtie, bouillie ou grillée – pour la traire, faire en sorte qu’elle fasse des petits et des tas de fumier.

Un des objectifs de ce programme est que les bénéficiaires continuent la chaîne et donnent à leur tour des vaches fertilisées à leurs voisins qu’ils soient Twas, Tutsis ou Hutus, dixit la Minagri qui nous a étonné en prononçant simplement ses catégories sensibles dans les locaux d’Ambarwanda Dakar.

D’après son excellence, des personnes qui s’offrent des vaches deviennent parents.

L’éleveuse-agricultrice était donc à Dakar pour expliquer le programme dont elle bénéficie  depuis 2006 aux Macky Sall et autres experts de la BAD et locaux.

Le secrétaire d’État au Cash et au Plan est revenu sur la Vision – Icyerekezo – 2020 et ses résultats 5 ans avant le terme : Il y a 15 ans, 60% de Rwandais vivaient avec moins d’1$ par jour, aujourd’hui ce chiffre est tombé à 39% et le PIB par Munyarwanda serait passé d’un peu plus de 200 à 715 aujourd’hui.

Il a aussi évoqué les taux de mortalité infantile et maternelle qui ont baissé spectaculairement. Le chef de l’État avait déjà fait part de ces statistiques très positives lors du Rwanda Day 2015 à Amsterdam au début du mois.

En ce qui concerne nos femmes – très belles, comme en a convenu le Marocain venu découvrir les Rwandais à l’occasion de ce happening, la ministre des Champs et du Bétail a répété l’évidence – pas encore évidente pour tous – qu’il est impossible de se développer avec plus de la moitié de la population empêchée de jouir de ses droits et de contribuer à la prospérité nationale.

Il n’est pas étonnant que deux Sahéliens rencontrés par la suite autour de quelques breuvages rafraîchissants, nous ait fait part de leur admiration pour le Rwanda et son chef de l’État.

Et l’absence de liberté d’expression, les prisonniers politiques, l’ingérence dans les affaires des voisins, etc. évoqués par l’opposition en exil et les ONG des droits de l’homme ? C’est très probable, selon eux, mais au moins le pays se développe et les résultats sont visibles et reconnus par les institutions internationales de coopération. Et en plus, le pays revient de très loin.

On ferme donc les yeux sur les limitations en matière de droits politiques de l’homme en échange de l’amélioration de ses conditions de vie économique.

Tais-toi, regarde les résultats !

NKB 24/10/2015

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s