Karenzi Karake: démonstration de la force de mobilisation du régime


C’est maintenant une pratique bien rodée: les partisans du régime rwandais au Rwanda et à l’extérieur sortent de leur torpeur dès que l’on touche à leurs héros qu’il s’agisse de l’émission de mandat d’arrêt (juge Bruguière) d’une arrestation (Rose Kabuye) de la diffusion d’un reportage (Rwanda’s Untold Story) ou même d’une manifestation anti-Kagame organisée par des exilés.

En d’autres circonstances plus triviales (contre la vie chère, les abus des forces de l’ordre, les expropriations, etc.) on ne manifeste pas au Rwanda. Et hors du pays, les Rwandais favorables au pouvoir de Kigali se mobilisent pour commémorer le génocide ou dénoncer ceux qui tentent de nier celui-ci ou manquent de respect aux héros qui l’auraient arrêter.

Si à l’extérieur du pays, les personnes qui se réjouissent de l’arrestation des dignitaires du Front patriotique rwandais peuvent le faire savoir par tous les moyens imaginables, à l’intérieur du pays une personne qui s’aventurerait à le faire pourrait au minimum être accusée de trahison, d’intelligence avec l’ennemi et révisionnisme négationniste (parce que s’en prendre aux « stoppeurs » du génocide revient à nier le génocide lui-même) et au maximum, elle pourrait physiquement éliminée par des criminels non identifiés.

Même si le dossier contre le général Karenzi Karake ne semble pas très solide selon des hauts fonctionnaires rwandais, il faut profiter de l’occasion pour occuper le terrain physique et médiatique partout où c’est possible pour que tous, à l’extérieur mais surtout à l’intérieur sachent qu’on ne badine pas avec le pouvoir rwandais.

Avec toute cette agitation médiatique et physique, les Rwandais doivent comprendre que Kagame, ses collaborateurs, son administration, son armée et ses cadres n’ont pas peur de se frotter aux puissances étrangères même alliées donc ce ne sont pas quelques opposants locaux ou exilés ou pays voisins qui empêcheront la caravane de passer.

NKB 25/06/2015

Espérons que cette remarque force de mobilisation ne dégénéra jamais en une orgie de violences comme celle de 1994.

http://www.newtimes.co.rw/section/article/2015-06-25/190045/

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s