6 mois sans conférence de presse du sévère président Kagame


De quoi aurait-il parlé s’il s’était astreint à cet exercice mensuel dont il ne dédaigne pas d’habitude ?

En janvier, il aurait dû… disons qu’il aurait pu évoquer la mort brutale dans des conditions mystérieuses du colonel Patrick Karegeya, son ancien camarade dans l’armée ougandaise et son ancien subalterne dans l’armée rwandaise chargé du renseignement militaire extérieur.

Il aurait donné son point de vue sur les soupçons largement répandus concernant son éventuelle responsabilité dans cette disparition d’un opposant potentiellement dangereux.

Dans la conférence de presse de mars, un journaliste aurait pu lui demander ce qu’il pensait de l’attaque menée par groupes d’individus armés contre le domicile du général Kayumba Nyamwasa en Afrique du Sud et l’expulsion consécutive de diplomates rwandais.

Dans celle du mois d’avril, il serait revenu sur le rôle présumé de la France dans le génocide des Tutsis au Rwanda comme il l’a fait dans l’hebdomadaire franco-africain Jeune Afrique. C’était le 20e anniversaire de notre génocide et la France qui s’est sentie morveuse s’est mouchée en n’envoyant pas sa ministre de la Justice.

Il aurait aussi eu l’occasion de s’exprimer sur le complot ourdi par l’artiste activiste Kizito Mihigo, des opposants exilés et quelques journalistes nationaux et internation et qui visait à son élimination physique et à celles d’autres hautes personnalité du régime.

Trois mois se sont écoulés depuis, en l’absence d’un procès – dont la date n’a pas encore été fixée – tout ce beau monde est toujours présumés innocents malheureusement en détention préventive prolongée.

Au mois de mai, la communauté internationale par Human Rights Watch alertée s’émeut d’une inquiétante vague de disparitions dans le nord-ouest du pays. Il en aurait touché un mot.

Juin: des fusillades éclatent dans cette même partie du pays, à la frontière avec la République démocratique du Congo. Cinq soldats sont tués. Exécutés selon Kinshasa. Morts au combat selon Kigali. Kigali qui a rendu les dépouilles des malheureux aurait fourni la corde pour se faire pendre et le bâton pour se faire battre ! Incroyable !

Nous sommes en juillet, la première conférence de presse du chef de l’État rwandais a eu lieu hier. Ça passe vite 6 mois, surtout quand on a un agenda chargé comme celui du président Paul qui-ne-blague-pas Kagame.

NKB 02/07/2014

Kagame dégoûté par le traitement réservé aux FDLR (RFI, Parisi, Ubufaransa 01/08/2014)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s