Les crimes présumés du FPR: cas de Kacyiru à Kigali, avril 1994


Un de nos lecteurs en Europe a voulu rebondir dans l’affaire dont nous traitions de nouveau hier en nous faisant parvenir un témoignage d’une personne qui se dit rescapée d’un massacre commis par des (présumés) rebelles du Front patriotique rwandais dans son quartier de Kacyiru, le 13 avril 1994.

Le témoin compare l’expérience de sa famille avec celle de la famille du diplomate rwandais Olivier Nduhungirehe.

Il évoque des victimes que nous connaissions personnellement et nous ne doutons pas de sa version des choses puisque nous avons pu la recouper à plusieurs reprises auprès de diverses sources. Ceci en est une autre.

Parmi ces victimes du quartier de Kacyiru, il y a Iréné Kayibanda, le plus jeune fils du premier président de la République Rwandaise feu Grégoire Kayibanda tué avec d’autres personnes de toutes les ethnies. Les noms de quelques uns des disparus figurent dans le document qui évoquent aussi, sans le minimiser, le génocide qui était commis au même moment par les Interahamwe et les autres miliciens contre toutes les personnes d’ethnie tutsi.

Nous avions aussi entendu une version un peu différente à savoir que des soldats du FPR/APR avait mitraillé d’une certaine distance les personnes en partie forcées à prendre part à la protection civile sur des barrages routiers (« barrières ») ou dans des patrouilles (amarondo, du français rondes).

L’auteur s’est rendu en visite au Rwanda au moins une fois après ce témoignage qui ne constitue pas une révélation explosive sur de graves violations des droits de l’homme commises par d’anciens rebelles de l’Armée patriotique rwandaise.

En ce 20e anniversaire du génocide perpétré contre les Tutsis en 1994 au Rwanda, il est sain pour l’avenir de se souvenir aussi des « dommages collatéraux » de la « guerre de libération » qui ont emporté selon certains chercheurs des dizaines de milliers de civils qui n’étaient pas impliqués dans les massacres.

NKB 16/05/2014

Mon témoignage sur le génocide et autres massacres en 1994 d’ Alain Patrick Ndengera, Montréal, 2010.

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les crimes présumés du FPR: cas de Kacyiru à Kigali, avril 1994

  1. Nike lalbatros dit :

    Cher redacteur de NKB, Une guerre internationale, une guerre civile, comporte toujours des dommages collateraux. Le mal est si profond que pour l’eradiquer, il faut la force, la violence pour y parvenir et non avec de lauriers. Ainsi en 1945, c’est a l’aide des bombes, des canons que les allies sont venus a bout du nazisme, realise donc les dommages collateraux commis en ce temps. Bientot la communaute internationale ira au Nigeria pour eradiquer Bokoharam, relaise les dommages collateraux qui y seront causes. Faut-il dire qu’en commemrorant le genocide des juifs ou le debarquement de normandie il faut se souvenir egalement des nazis tombes sur la plage de debarquement?, les noms inscrits a la cimetiere de normandie penses-tu y trouver un seul nom allemand alors qu’ils y sont tombes par milliers. Il faut reconnaitre le mal qui a ete fait en 1994 dans votre pays au peuple tutsi et quand on se souvient de leur triste sort, c’est pas le moment de remuer la plaie en faisant l’amalgame entre leur mort cruelle et innocente avec celle de leurs boureaux tombes aux barrieres et aileurs sous le feu du FPR. Votre pays a besoin de paix pour sa reconciliation et son developpement mieux que la guerre a laquelle pareil article invite incidieusement en justifiant l’attitude et comportement des jeunes, miliciens, militaires, policiers, gendarmes qui etaient aux barrieres pour commettre le genocide. Leur comportement et mort ne meritent aucun recceuillement ni memoire. Faut-il se souvenir de ceux tombes aux barrieres parce que il s’agit d’un acte de bravoure auquel le people rwandais devrait recourir pour le furtur en pareille circonstance, c’est en appeller insidieusement a un autre genocide. Le monde entier vous juge par vos articles, poster des articles objectifs et constructifs pour votre nation, malheureusement celui-ci ‘en est pas un.

    • nkbnkb dit :

      Les américains ont libéré le Japon des fascistes qui avaient mis à feu et à sang toute l’Asie pendant plus d’une décennie. Les centaines de milliers victimes japonaises civiles directes et indirectes – dégâts collatéraux selon votre raisonnement – des deux bombes atomiques américaines sont toujours commémorées.

      Le FPR prétend qu’il a bien tué que des Interahamwe et que c’est mal gré lui que quelques innocents ont perdu la vie. C’est de la propagande. Il y a eu plusieurs massacres et des exécutions de non combattants, de blessés ou de prisonniers en dehors des combats.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s