Un rescapé du génocide et les attaques contre un diplomate rwandais à NY


Le mois dernier nous vous avions fait part d’un conflit  verbo-cyberspatial entre Olivier Nduhungirehe (wa Nduhungirehe), diplomate rwandais basé à la Représentation permanente de la République du Rwanda aux Nations Unies et quelques uns de ses anciens amis, anciens camarades d’exil et anciens voisins de Kicukiro (Kigali) au sein de la famille Shingiro Mbonyumutwa (ba Shingiro) basés à Bruxelles et autour.

Les attaques contre notre plénipotentiaire-adjoint à New York mettaient surtout en cause le comportement présumé d’Emmanuel Usabayezu, son cousin côté maternel (ce lien de parenté est évoqué en détail par le concerné pour expliquer qu’il est bien tutsi malgré qu’il a été élevé en partie chez des Hutus, ce qui était assez banal avant)  durant le génocide des Tutsis en 1994.

Celui-ci qui vit actuellement en Belgique et qui est membre – très actifs selon nos sources – d’Ibuka Mémoire et Justice (section belge de la fédération des associations de rescapés du génocide perpétré contre les Tutsis au Rwanda,  Ibuka, la première de toutes) a réagi en kinyarwanda au document publié en kinyarwanda et en français.

Nous avons pu nous procurer cette réaction datée du 30 avril et qui s’adresse si l’on en juge le contenu uniquement à des membres d’Ibuka ou assimilés (elle a été diffusée sur le groupe de discussion d’Internet ou e-mail list Ibuka-L).

Le ton de l’intéressé est amer et on sent qu’il a été déçu par certains des ses camarades rescapés qui ont accordé du crédit aux graves accusations portées contre lui dans le document bilingue publié sur un blog par une personne qui a utilisé le pseudo Albert Twagira.

M.Usabayezu pense aussi que les anciens ami de son cousin diplomate sont derrière ses tourments. Nous avions émis une autre hypothèse (la piste du PSD, parti de M. Nduhungirehe qui nous avait dit que nous faisions fausse route) mais on ne peut a priori exclure les milieux de rescapés du génocide où les invraisemblables accusations de participation active au génocide d’un rescapé tutsi ont été prises au sérieux par certains de ses « confrères ».

Rukara, c’est le surnom du rescapé accusé des pires crimes par une personne qui opère masquée, confie dans sa réaction que certains lui avaient conseillé de laisser tomber, de laisser passer la vague en laissant son cousin se charger des calomniateurs comme il en a l’habitude et la capacité.

Cette réaction est une indication que les conseils n’ont pas été jugés pertinents parce que le problème ce ne sont pas ces accusations à dormir dehors et debout mais le fait que des rescapés associés y aient prêté foi.

C’est ça qui lui a fait mal et c’est pourquoi il a tenu à leur écrire et pas à se répandre vainement sur Twitter, Facebook, des groupes de discussions sur Internet ouverts, etc.

Ruvamwabo !

NKB 15/05/2014

Qui est vraiment Albert Twagira, le harceleur du diplomate rwandais Olivier Nduhungirehe ? (NKB, 02/05/2014)

#Kwibuka20: la guérilla de deux fils à Papa (NKB, 30/04/2014)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s