Les crimes présumés commis par le FPR au Zaïre


et ensuite sur le même territoire rebaptisé République démocratique du Congo.

En ce qui concerne cette page sombre de notre histoire avec nos frères et voisins de l’ouest qu’ils soient Bashi, Bahunde, Bafulero, Bahema, Banyarwanda divers et autres, le document de référence est le « Mapping Report ».

Ses enquêteurs et rédacteurs commandités par l’ONU ont systématiquement placé sur la carte de la RD Congo/ex-Zaïre les massacres commis par divers groupes armés locaux et étrangers dont l’Alliance des forces pour la libération du Congo/Zaïre et ses parrains l’Armée patriotique rwandaise et le Uganda People’s Defence Force et leurs suites (RCD, MLC, etc.)

En juillet 1994, il y a plus de 1 million de réfugiés rwandais dans les deux Kivus. Ils sont toujours là en 1996 et ils n’ont pas été éloignés de la frontière, ce qui permettrait à certains de mener régulièrement des attaques contre leur pays d’origine.

À partir d’août 1996, les nouvelles forces armées rwandaises vont entreprendre de démanteler par la force les camps de réfugiés rwandais du Sud Kivu en opérant derrière le masque de rebelles congolais Tutsis dit Banyamulenge et de ressortissants d’autres ethnies dont Laurent Désiré Kabila.

Il faudra une véritable guerre dans et autour de ces méga-camps de réfugiés en raison de la présence d’éléments armés des ex-Forces armées rwandaises et des miliciens Interahamwe mais aussi parce que de nombreux réfugiés ne sont pas disposés à rentrer dans leur pays dominé par les anciens rebelles dont on sait déjà qu’ils emprisonnent et/ou tuent des civils désarmés et innocents.

Relisons donc ce Mapping Report qui a été dénoncé par les autorités de Kigali. C’est de bonne guerre. Il contient évidemment des erreurs mais elles ne disqualifient certainement pas l’ensemble du volumineux document qui accusent tous les belligérants de l’époque et pas seulement les Rwandais comme certaines propagandes massivement globalisantes.

NKB 11/05/2014

« Mapping Report »

Alors quand Kizito Mihigo se souvient aussi de ceux qui ont été victimes de crimes autres que le génocide perpétré contre les Tutsis en 1994, c’est aussi de nos compatriotes et de nos frères congolais tués par la suite qu’il est question.

Reste à voir si il est approprié de les commémorer tous en même temps.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s