2014 au Rwanda: l’année de toutes les confessions


L’année des confessions débute avec la disparition brutale du colonel Patrick Karegeya qui avait annoncé qu’il était prêt à se confesser sur tout ce qu’il savait sur l’attentat perpétré contre Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994.

Quelques jours plus tard, le chef de l’État rwandais se confesse durant un petit-déjeuner de prière qu’il a souhaité ardemment la mort de feu Karegeya, son ancien tout puissant patron du renseignement extérieur.

Au mois de mars, la résidence du général Kayumba Nyamwasa exilé en Afrique du Sud est prise d’assaut par une section d’agents spéciaux malgré qu’elle est gardée par des membres des forces de sécurité locale. Kayumba Nyamwasa a notamment annoncé qu’il était disposé à révélé quel rôle lui et ses anciens camarades ont joué dans l’assassinat de feu Habyarimana.

Quatrième mois, quatrième confession d’importance: l’artiste chrétien convaincu et convaincant et activiste de la réconciliation disparaît quelques jours avant le lancement officiel des commémorations du 20e anniversaire du génocide des Tutsis (et des Hutus modérés) au Rwanda. Il a confessé dans une de ses chansons que malgré qu’il était un rescapé et orphelin du génocide, il pense aussi aux personnes victimes des crimes autres que le génocide.

Quand il réapparaît dix jours plus tard au siège de la police rwandaise, menotté et exhibé devant la presse, il se confesse d’abord brièvement en annonçant qu’il en dira plus bientôt. C’est très vite chose faite. Un fichier audio de 35 minutes est posté sur tous les réseaux sociaux de partage. Il s’y confesse en détails sur son implication -présumée – dans des activités subversives qui auraient visé à renverser avec quelques grenades et de nouvelles chansons explosives, le régime du confessant numéro 2.

L’année n’étant pas encore finie nous poursuivrons notre revue du confessionnal rwandais.

Et les Hutus dans tout ça me direz-vous ? Et bien ils sont discrets – ngo uwihoreye ahonga bike traduit très librement « ferme-la et on t’oubliera » – mais ils n’en pensent pas moins. Certains d’entre eux confessent les crimes commis par leurs « conethniotes » et demandent pardon.

NKB 04/05/2014

#Kwibuka20 pour suivre via Twitter les commémorations du génocide perpétré contre les Tutsis au Rwanda entre avril et juillet 1994.

 

 

 

 

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s