La résistance armée des Tutsis (suite)


Divers témoignages évoquent la résistance des Tutsis face aux tueurs lancés à leurs trousses durant les massacres de 1994. Je revenais hier sur le cas de Bisesero mais dans le Bugesera aussi  et ailleurs, ils ont essayé de faire face avec des lances, des bâtons, des pierres, etc.

Il a été expliqué qu’en de nombreux endroits, lorsque leurs assaillants n’arrivaient pas à les défaire rapidement, ils faisaient appel aux forces armées (policiers, militaires et/ou gendarmes) qui en finissaient avec des armes de guerre modernes.

Si les églises offraient une protection temporaire, pour venir à bout de la résistance des réfugiés, des grenades étaient lancées à l’intérieur et ensuite les tueurs armés de machettes y entraient et achevaient les survivants. On a aussi utilisé des incendies et des engins de travaux publics pour provoquer l’effondrement d’un édifice religieux comme ce fut le cas à Nyange.

Mais nous vous le disions, certains Tutsis avait des armes à feu – si ils avaient été beaucoup plus nombreux, armés comme les citoyens américains, les candidats tueurs auraient été moins nombreux ! – et ils savaient s’en servir: un entrepreneur privé du BTP de Kigali était un amateur de la chasse et il avait eu des fusils qu’il utilisait lorsqu’il se trouvait dans le domaine de chasse qui existait avant 1994 dans l’actuelle Province du Mutara.

Quand il a reçu la visite des Interahamwe et autres miliciens, il a vidé ses chargeurs sur eux et ils ont dû rebrousser chemin. Ils ne parvinrent jamais à entrer dans sa résidence et à y commettre un massacre comme dans les autres endroits. Vraisemblablement conscient qu’il ne pouvait pas tenir indéfiniment contre des assaillants qui pourraient chercher des renforts, notre entrepreneur sortit de sa propriété et il put parcourir quelques kilomètres qui le séparaient d’un bureau d’expatriés. Il aurait pu y être en sécurité relative malheureusement l’accès lui fut refusé et il fut tué par ceux qui le poursuivaient.

Dans un autre quartier de la périphérie de Kigali, quand le chef de famille tira sur les Interahamwe venu chez lui avec son fusil de chasse, ce serait un véhicule blindé qui a été envoyé pour en finir. Là où il y avait de la résistance armée, on présumait qu’il y avait des rebelles et des militaires ou des  para-militaires étaient envoyés avec un arsenal plus important (lance-roquettes, mitrailleuse lourde, grenade, etc.)

Parmi ces résistants, il y a eu des survivants que nous avons pu croiser après la prise du pouvoir par les rebelles du Front patriotique rwandais. Nous ne leur avons pas demandé la question déplacée quant à savoir comment ils avaient  survécu aux tueurs, leur histoire était connue dans leur quartier où on avait entendu des tirs nourris autour de leurs propriétés et puis on avait appris qu’ils s’en étaient allé dans les zones du FPR seuls ou avec l’aide de rebelles envoyés pour les exfiltrer.

Du fait de leur proximité avec ces rebelles, certains de ces civils combattants ont pu bénéficier d’une formation au maniement des armes à feu. Certains disposaient peut-être aussi de garde du corps issus des rangs des rebelles.

Un rebelle c’est dans les faits souvent un civil qui a pris les armes. Comme ces miliciens indépendantistes américains qui ont bouté le pouvoir colonial  britannique hors des futurs États Unis d’Amérique, il y a plus de 2 siècles.

NKB 26/03/2014

Nous vous présentons nos excuses pour le tort que nous vous aurions pu vous causer si vous vous êtes reconnus ou si vous avez reconnus un membre de votre famille ou des connaissances.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s