Jamais 2 sans 3: la Tanzanie au Rwanda ?


Notre grand et paisible voisin de l’est a une assez longue histoire d’interventions plus ou moins directes dans les affaires de ses voisins.

Il y a plus de 30 ans, ce sont les troupes de ce pays qui ont renversé le chef de l’Etat de l’époque, le maréchal Idi Amin Dada. C’était en 79 et le nom des libérateurs de l’époque étaient les Bakombozi (libérateurs en swahili, termes repris par les jeunes du Parti social démocrates rwandais une décennie plus tard).

En 1993, au Burundi, lorsque le Melchior Ndadaye, premier président démocratiquement élu est assassiné par des éléments de l’armée, une rébellion démarre et sa base arrière sera la Tanzanie. L’opposition armée se maintiendra au point que les deux parties (Bujumbura et les rebelles) négocieront à Arusha comme les Rwandais avant eux. Le régime au pouvoir actuellement au Burundi est issu des rébellions Hutus plus que tolérées par la Tanzanie.  La rébellion rwandaise avait ses bases arrières en Ouganda mais les négociations inter-rwandaises se dérouleront aussi en Tanzanie. Ouganda, Burundi et Zaïre n’étaient pas considérées neutres dans la crise rwandaise, il ne restait que la Tanzanie.

Plus près de nous- dans le temps – quand il s’agira de constituer une brigade d’intervention rapide pour en finir avec les rebelles essentiellement tutsis congolais du  Mouvement du 23 mars (M23), on fera appel aux soldats tanzaniens. Rwanda et Ouganda étant considérés comme des appuis des rebelles congolais, les Burundais ayant d’autres chats à fouetter et il n’est pas certain que les Congolais apprécieraient leur présence dans les deux provinces du Kivu. Il ne restait que la Tanzanie pour faire le ménage.

L’an dernier, alors qu’on discute de la crise dans l’est de la RD Congo et que ce pays est encouragé de négocier avec ses rebelles, Kikwete suggère que le Rwanda en fassent de même. Indignation à Kigali où le chef de l’Etat tanzanien est traité de tous les noms.

Mais la Tanzanie et Kikwete en ont vu d’autres, comme à l’époque du régime de l’Apartheid en Afrique du Sud où les rebelles de l’ANC et mêmes ceux des colonies portugaises, du Congo, etc. trouvaient asile et appui dans la République fédérale.

Aujourd’hui, les Tanzaniens ont choisi d’influencer ce qui se passe chez l’autre petit voisin du nord-ouest. D’après Kigali, ils se trompent d’interlocuteurs et de combat.

NKB 28/01/2014

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s