Aff. Karegeya: conséquences pour les voyageurs rwandais


Suite à la mort brutale du colonel Patrick Karegeya le 31 décembre 2013 en Afrique du Sud, les plus hautes autorités rwandaises ont rappelé urbi et orbi que la trahison avait des conséquences pour les fautifs.

Mais il y aura aussi des conséquences pour tous les voyageurs rwandais circulant avec un passeport issu par les services de ces mêmes autorités.

Alors que jusqu’à présent votre passeport ou votre nom particulièrement rwandais pouvaient vous valoir une plus longue vérification aux guichets d’immigration pour cause de notice rouge d’Interpol à la recherche de génocidaires et autres criminels de guerre en cavale, avec l’assassinat de l’ancien James Bond rwandais et les déclarations va-t-en guerre de ces anciens et moins anciens compagnons d’armes ou collègues de bureau, il va sans dire que vous serez en plus suspectés  d’être en « mission spéciale ».

Même si vous êtes munis d’un passeport d’un autre pays, si vous vous appelez Kaquelquechose ou Quelquechosimana avec une tête de Kamana ou de Mukakamana et l’attitude correspondante, il se peut que l’on vous sorte du rang pour vous demandez si vous allez vraiment faire du tourisme ou du « bizineeeessi » en Afrique du Sud, en France, aux États-Unis, en Australie, en Belgique ou ailleurs dans le monde.

Ces trois dernières années, il nous est personnellement arrivés de devoir quitter deux fois le rang des voyageurs alors que nous nous rendions au Royaume Uni et ce malgré que nous ne voyageons pas avec un passeport du Pays des Mille Collines. Après un de ces incidents, on nous avait expliqué qu’une autre personne aurait tenté d’entrer au Royaume sous la même identité ! Pour l’autre, il y avait eu une alerte du britannique Military Intelligence 5 ou 6 (MI 5 ou MI 6) à propos d’une tentative d’assassinat d’opposants rwandais par un présumé agent rwandais venu de… Belgique. Il est vrai que nous n’avons pas vraiment la tête ni le teint de Schmidt, Smith,  Desmet, Fabri ou Lefèvre de souche.

Notre conseil: aux postes frontières armez-vous donc, non pas d’une machette ou d’une cordelette, mais de patience.

Merci à qui ? Merci à QUI vous savez !

NKB 14/01/2014

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s