Qu’est devenu le Mandela rwandais ?


Lorsque Nelson Mandela était encore derrière les barreaux en Afrique du Sud, nous avions quelqu’un au Rwanda qui avait été embastillé plus récemment mais qui était considéré comme notre Mandela. Il s’agissait de Donat Murego. Impliqué dans une tentative de coup d’Etat comme  nos fragiles régimes savent les monter de toutes pièces, il a été jeté dans un cachot en 1980 pour n’en sortir une dizaine d’année plus tard à la faveur de la mode du multipartisme en Afrique.

Dans les années 60 et 70 il a travaillé à la cour suprême qui se trouvait alors à Nyanza, l’ancienne capitale royale puis il allât faire des études de droit (un doctorat) chez les Belges. rentré au pays à la fin des années 70, il sera affecté à la Présidence de la République. Grand supporter de l’équipe Rayon Sport de Nyanza, on pouvait voir sa grande silhouette fringante dans les stades de football (soccer) lors des matchs de première division.

Avec l’annonce du « putsch manqué », il fera partie de la purge qui emportera des dizaines de co-conspirateurs improbables.

Il sortira vivant mais amaigri, vieilli et affaibli de la décennie de détention et c’est affublé du surnom de Mandela qu’il arpentera les rues de la capitale. Revient le multipartisme. Le Mouvement démocratique républicain de feu le premier président du Rwanda Grégoire Kayibanda banni par son successeur Juvénal Habyarimana est ressuscité. Murego s’y engouffre en même temps que de nombreux mécontents du régime chancelant du Mouvement révolutionnaire national pour le développement.

Deux ans plus tard alors que le pays est encore en guerre (depuis 1990 souvenez-vous) l’opposition va éclater presque tous les partis vont se scinder en « durs » et « mous » (extrémistes, pawa, radicaux, CDR  et modérés, démocrates, pro-FPR, etc.).

Le combattant Murego sera de ceux qui diront non au Front patriotique rwandais et lorsque le génocide éclate, il montera dans le convoi des sauveurs de la nation en dérive les Abatabazi. En juillet 1994, l’équipée est à Bukavu où a été installé le gouvernement intérimaire présidé par le Dr Théodore Sindikubwabo.

1996, l’Armée patriotique rwandaise sous couvert de rebelles tutsis congolais démantèlent tous les camps de réfugiés rwandais , les camps militaires des anciennes Forces armées rwandaises et le gouvernement en exil s’enfonce dans les forêts zaïroises.

Dans l’assaut des forces menées par Kigali plusieurs dignitaires trouveront la mort. Certains seront déclarés morts mais ils réapparaitront plus tard dans des capitales africaines ou plus loin encore.

En ce qui concerne Donat Murego qui fut à un moment donné notre Mandela, plus de trace… en ce qui nous concerne.
Nous ferons des recherches et surtout nous espérons que cet article suscitera des montées d’informations de la part de sources bien informées, de proches ou d’autres.

Dix-sept ans après l’assaut final contre les camps de réfugiés rwandais de l’est de l’ancien Zaïre, il y a peu de chance que des disparus soient encore vivants terrés ou non quelque part en Afrique ou ailleurs… mais on ne sait jamais, les miracles existent !

NKB 09/12/2013

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s