Kigali, Kampala, etc. jouissent du « chaos congolais »


Le désordre, le chaos, la désorganisation et la mauvaise gouvernance qui règnent à l’ouest du Lac Kivu sont très souvent évoqués – avec jouissancse et réjouissances non dissimulées – par les porte-paroles, les éditorialistes et autres commentateurs rwandais pour expliquer les crises violentes à répétition qui frappent cette région du pays-continent appelé République démocratique du Congo.

Ce désordre a permis et permet toujours à des bandes armées plus ou moins bien organisées, à des groupes de combattants traditionnels et des gangs de criminels divers de prospérer en toute impunité sur le dos de la population depuis bientôt une vingtaine d’années dans plusieurs provinces de la RDC. En plus de ces milices, les Etats voisins ont pu mener des opérations guerrières ponctuelles sur le territoire congolais, appuyer des miliciens locaux et même occuper parfois plus longuement le terrain pour exploiter à peu de frais les immenses ressources naturelles disponibles.

Aujourd’hui, il semble que les rebelles qui opèrent dans cette région et qui sont les plus dangereux pour Kinshasa, à savoir le Mouvement du 23 mars considéré comme associé au régime de Kigali, soient confrontés à une armée congolaise dopée. Grâce aux renforts des forces des Nations Unies, les troupes de Kinshasa ont pu repousser les Makenga, Kazarama et autres Bisimwa à quelques distances de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.

Mais comment se débarrasser une fois pour toute de ces rebelles soutenus ou non par des puissances étrangères voisines ? Les Nations Unies ne seront pas toujours là… et elles ne peuvent pas être partout. Il y a bien sûr les alliances avec d’autres puissances régionales comme l’Angola et le Zimbabwe qui avaient sauvé Kabila père en 1998 contre la colère des alliés rwandais. Mais il ne s’agit pas de charité: tous ces amis venus du sud – l’Afrique du Sud est aussi intéressée – ne sont pas uniquement là pour les beaux yeux des Congolaises. Tout a un prix et se paie cash.

La RDC n’a pas d’autre choix que de s’organiser autant si pas plus que ces « petits » et belliqueux voisins et ses amis d’autres régions d’Afrique et d’autres continents – qu’ils soient de l’est, du sud ou d’ailleurs pour que tous ceux-ci ne continuent pas à profiter honteusement de ses faiblesses criantes.

– S’organiser ? C’est plus facile à dire qu’à faire !

– Difficile au début, après cela devient de la routine !

NKB 04/09/2013

Sommet d’urgence sur la RDC à Kampala (BBC Afrique, 05/09/2013)

RDC: sommet des chefs d’Etats des Grands Lacs à Kampala (AFP, 05/09/13)

CIRGL : Un sommet de plus pour distraire les Congolais (Forum des As, 05/09/2013)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Kigali, Kampala, etc. jouissent du « chaos congolais »

  1. Marie-Grace Ruzindana dit :

    Le Congo va payer tres cher cette guerre.Kinshassa se targue d’une victoire assisstee au lieu de former veritablement les FARDC pour contrer les rebellions qui poussent comme des champignons par-ci par-la sur l’etendue de son territoire.Kinshasa va meme plus loin en sollicitant les genocidaires du FRDL de triste memoire,qui sement la desolation au Nord-Kivu specialistes des viols massifs,meutres et kidnapping.La descente aux enfers quoi….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s