Jakaya Kikwete: un génocidaire qui s’ignore ?


Le chef de l’Etat tanzanien l’ignore peut-être mais sa récente suggestion en faveur de discussions entre les autorités de Kigali et les rebelles rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR basées en RD Congo) lui vaudrait d’être accusé d’idéologie génocidaire et d’être condamné pour cela s’il était au Rwanda et qu’il ne jouissait plus de l’immunité due à son rang.

De deux choses, l’une : soit M. Kikwete ne sait rien du Rwanda et il ignore qui sont ces FDLR avec lesquels Kigali devraient négocier. De la part d’un dirigeant tanzanien éminent ce serait très étonnant. Impossible même. Soit le président tanzanien sait très bien qui sont ces individus accusés par Kigali d’être des génocidaires mais il estime que pour parvenir à la paix, il faut discuter avec les anciennes Forces armées rwandaises. Et leurs héritiers car en deux décennies, il y a eu de nombreuses recrues qui étaient encore des enfants au moment du génocide contre les Tutsis et des massacres des opposants à l’ancien parti unique en 1994.

Pour Kigali, les FDLR ne peuvent pas bénéficier de la présomption d’innocence, l’établissement de leur culpabilité individuelle ne nécessite pas des procès en bonne et due forme et des jugements définitifs. Discuter avec eux reviendrait à nier ou au moins à relativiser le crime de génocide au Rwanda dont l’arrêt, la poursuite et le souvenir sont les fondements du régime de Kigali.

Si discussions il y a eu entre Kigali et des FDLR ce n’est pas d’égal à égal mais avec des individus qui souhaitaient rentrer pour des raisons personnelles diverses et non pas parce qu’un accord était conclu entre les anciens et les nouveaux rebelles rwandais.

L’idée de Kikwete ne serait possible que si les FDLR – génocidaires ou non – étaient en position de force. Elles en sont très loin – contrairement au M23 – et à un tel point que l’on ne parle pas beaucoup d’elles par rapport au déploiement de la brigade d’intervention des Nations Unies composée notamment de compatriotes de Kikwete. Les Hutus rebelles et rwandais prennent des villages et leurs habitants, pas les capitales du Nord ou du Sud Kivu, ils inquiètent donc moins la communauté internationale. 

Kikwete n’est certainement pas un génocidaire ou un idéologue du génocide, en tant que médiateur de diverses crises qui secouent le continent, il cherche des solutions à celles-ci en restant ouvert à des scénarios possibles que les intéressés jugent a priori inacceptables.

NKB 28/05/2013

Will Kikwete retract his statement? (TNT, 31/05/2013)

Genocide survivors condemn Kikwete on FDLR remarks (The New Times, 30/05/23013)

Of Kikwete and advocacy for FDLR (The New Times, 30/05/2013)

‘Kikwete’s remarks on FDLR shocking’ (Thde New Times, 29/05/2013)

UA: le Rwanda ne négociera pas avec les «génocidaires» des FDLR (RFI, 27/05/2013)

Réponse tendue du Rwanda au président tanzanien (Deutsche Welle, 28/05/2013)

Un an avant le génocide, que savait-on à propos du Rwanda? (Le Soir, 28/05/2013)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s