Rwanda: corruption et déclaration du patrimoine. Un modèle ?


De la déclaration des avoirs des gens du pouvoir au Rwanda

Au moment où la France, la Françafrique et la Francophonie sont de plus en plus agitées par les histoire de biens mal acquis, d’enrichissement illicite, d’évasion/fraude fiscale, de fuites de capitaux et de détournements, au Rwanda le leitmotiv est tolérance zéro pardon zero tolerance en matière de corruption. Mais qu’en est-il dans les faits.

Alors que dans de nombreux pays françafricains, la déclaration du patrimoine par les plus hautes autorités n’est encore qu’une idée, aux Mille collines cette procédure n’est pas nouvelle. La procédure qui consiste à soumettre un relevé de ses avoirs à l’Ombudsman date aujourd’hui d’une dizaine d’années et le système est bien rodé.  Là n’est pas le problème.

Si cette déclaration en soi est un premier pas vers la transparence et la répression de l’enrichissement illicite (terme à la mode au Sénégal), ce n’est qu’un premier pas car cela a été dit par ailleurs, une fois cette déclaration effectuée, il faudrait vérifier qu’elle correspond à la réalité et ensuite enquêter sur l’origine avouable des biens concernés.

Déclarer sa fortune au moment de la prise de ses fonctions sans se voir demander comment elle a été constituée n’est pas bien embarrassant. Par la suite, se soumettre au même exercice à la fin de  ces mêmes fonctions ou d’autres sans que le relevé soit vérifié par rapport à la réalité et à la situation initiale et surtout que des comptes soient demandés aux intéressés – quant à l’origine des biens en question – n’est en fin de compte qu’une formalité routinière destinée à tout sauf à garantir la transparence quant à l’enrichissement (ou à l’appauvrissement) de nos excellences.

Dans les faits au Rwanda, on parle plus souvent des déclarations de fortune à l’entrée. A la sortie – c’est à ce moment là que ce serait le plus intéressant de savoir si les intéressés se sont ou non enrichis excessivement et illicitement – c’est le silence assourdissant… A moins que l’ancienne excellence choisisse de quitter l’embarcation pour s’exiler avec armes, famille, avoirs divers et bagages à l’étranger. Dans ce cas l’origine et la nature de son patrimoine risque d’être présentés comme une cause de son départ plus ou moins précipité…

Celui qui reçoit les déclarations, l’Ombudsman de la République du Rwanda n’est pas indépendant. Le premier à avoir longuement occupé ce poste (presque une décennie) était et est toujours l’homme du régime par excellence et les seules réclamations que cette institution formulait concernaient les retards dans les dépôts des déclarations et non les inexactitudes, les dissimulations, les incomplétudes, les falsifications, etc. dans la documentation fournie. Étonnement, il n’y a jamais eu de problème concernant les déclarations … Le Pays est-il clean ?

NKB 16/04/2013

Le Financial Times s’intéresse aux finances du Rwanda…et du FPR ! (NKB, 30/09/2012)

Under President Kagame RPF is richer than Rwanda (Umuvugizi)

Vrai ou faux ? Paul Kagame, le chef d’État le mieux payé du monde en 2013 C’est faux !

President Kagame declares his wealth (Irin New, 26/02/2004)

The New Times

Chief Ombudsman Cyanzaire outlines priorities

Corruption is very complex in nature because it is something that happens between two individuals who definitely do not want to get caught which makes it hard to unearth what we call ‘grand corruption.’

Levels of corruption in this country, as indicated in various reports including those conducted by international bodies, are very minimal.

More civil servants miss wealth declaration deadline – Ombudsman

New Ombudsman vows to maintain fight against graft

Ombudsman targets wealth declaration defaulters

500 risk sanctions for failure to declare wealth

60 fail to meet wealth declaration deadline

Sénégal, France, Congo, etc.

Karim Wade inculpé et incarcéré (BBC Afrique, 18/04/2013)

Les déboires judiciaires de Karim Wade (BBC Afrique, 15/04/2013)

Karim Wade arrêté (BBC Afrique, 15/04/2013)

Karim Wade arrested in Senegal corruption probe (BBC Africa, 15/04/2013)

Les patrimoines des ministres rendus publics lundi (RTL.fr, 14/04/2013

Derrière l’affaire Cahuzac, la bombe Reyl & Cie (Mediapart, 07/04/2013)

Denis Sassou Nguesso en France: une visite d’Etat sur fond d’affaire des «biens mal acquis» (RFI, 08/04/2013)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s