1990 : la guerre secrète rwando-ougandaise


Le 1er octobre 1990, des hommes armés attaquent nuitamment le Rwanda en prenant le » poste frontière de Kagitumba dans l’extrême nord est du Rwanda. On apprend vite que ce sont des Rwandais exilés en Ouganda et leurs descendants. C’est une demi-surprise car depuis l’arrivée au pouvoir de Joël (Yoweri) Museveni avec l’aide déterminante de milliers de Tutsi rwandais, les Rwandais de l’intérieur s’attendent à cette attaque.

Museveni avait promis à ses voisins du sud qu’il n’y en aurait point et quand elle eut lieu il feint la surprise. Ces garçons, ses garçons avaient tout simplement déserté et dérobé des armes pour rentrer discrètement au pays…

Cette première expédition guerrière sera un fiasco qui ne durera qu’un mois. Le meneur le général-major Fred(eric) Gisa Rwigema (Rwigyema dans l’écriture ougandaise) a mystérieusement perdu la vie peu après la neutralisation de la petite unité des Forces armées rwandaises de Kagitumba.

Les déserteurs de l’armée ougandaise en débandade, l’aventure aurait pu rester un détail dans l’histoire rwandaise et celeldes grands lacs en général, si la désertion initiale cum vol/emprunt de matériel ne s’était pas transformé en un soutien significatif et continu de l’Ouganda à la rébellion rwandaise réorganisée sous l’autorité du major Paul Kagame.

Les autorités de Kigali n’étaient pas dupes et elles ont dénoncé l’appui ougandais au mouvement rebelle rwandais baptisé Front patriotique rwandais mais elles ne parviendront pas à faire valoir la thèse du conflit international.

Après guerre, les anciens rebelles ne cacheront pas que l’Ouganda a fourni une aide cruciale en armes mais aussi en hommes pour faire pencher la balance » de leur côté. La contribution inestimable de Museveni  sera même reconnue officiellement lors d’une commémoration de la victoire du  FPR sur le régime de feu Juvénal Habyarimana.

Les adeptes des théories du complot à propos du Rwanda vous expliqueront que c’est Museveni qui a convoqué le sommet régional du 6 avril 1994 à Dar-es-Salam pour attirer Juvénal Habyarimana dans un piège qui se refermerait sur lui à son retour à Kigali…

Pour expliquer l’approvisionnement en armes et munitions diverses, comme d’autres rebelles avant et après eux, les Inkotanyi du FPR expliqueront qu’ils les prennent dans les stocks de leurs adversaires en déroute. Dans les faits les Ougandais et surtout Museveni, son petit frère Caleb Akandwanaho alias Salim saleh et autres ont fait plus que fermer les yeux sur les va-et-vient d’hommes (et de femmes) et d’armement en tous genres entre le sud ouest de l’Ouganda et le nord-est du Rwanda.

NKB 06/04/2013

Les guerres secrètes du Rwanda: leçons bien apprises (NKB, 31/03/2013)

Rwandan Civil War

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s