Bernardin Ndashimye: Kagame président après 2017 !


b ndashimyeEn près de 3000 mots dont plus de 1000 dans la conclusion de son article qui a fait cliquer beaucoup de claviers ces deux derniers jours, Bernardin Ndashimye a de nouveau déclaré sa flamme pour le chef de l’Etat rwandais.

Nous disons de nouveau car en 2003, en des circonstances plus difficiles, M. Ndashimye avait étalé toute l’admiration qu’il vouait à M. Ndashimye. A l’époque déjà, sa profession de foi avait été remarquée et très commentée dans le cyberespace (essentiellement à l’époque sur les groupes de discussions rwandais).

Les circonstances étaient tout autre : à l’époque Bernardin Ndashimye était conseiller du premier ministre (MDR dissout en 2003) Bernard Makuza, et les services de ce dernier avaient été accusés d’appuyer la création d’une milice de dangereux subversifs – très probablement génocidaires – qui se serait appelée Itara. Makuza restera à son poste et Ndashimye deviendra vice-ombudsman de la République. Aujourd’hui, il est directeur général du Fonds spécial de garantie et on ne peut pas l’accuser d’être motivé par la recherche d’un poste juteux ou la nécessité de se disculper de graves accusations.

Quant au fonds

Dans ce débat sur le maintien à la président de Paul Kagame, Ndashimye disqualifie rapidement ceux qui écrivent sur le net pour demander le départ définitif de l’intéressé : il s’agirait d’une seul et même personne qui utiliserait de multiples identités pour tenter de donner plus de poids à son message.

Quant à la constitution qui prévoit la limite de deux mandats à la présidence, M. Ndashimye ne voit aucun problème à ce que le peuple qui est souverain, la modifie à sa guise quand il jugera que cela s’impose.

Mais le principal argument de M. Ndashimye pour demander à l’actuel de chef de l’Etat de rester au delà de 2017, c’est qu’il n’y a personne pour le remplacer dans ses fonctions et que le Rwanda serait confronté à de graves dangers si Paul Kagame agissait comme il l’a promis,  et comme la constitution établie sous sa présidence le prévoit, de ne plus briguer un nouveau mandat.

Il est vrai qu’il n’y a pas deux Paul Kagame, il est unique. Nous n’en trouverons pas d’autre ! Quant à savoir si il faut absolument qu’il reste à la direction du Rwanda, le problème ce n’est pas lui mais après lui. Et c’est ce qu’il faudrait préparer dès maintenant et non en 2024 ou en 2031 !

Dans les exemples de scénarios de succession et d’alternance possibles, la contribution de Bernardin Ndashimye n’a pas mentionné l’exemple, géographiquement très proche pourtant, de la Tanzanie où vous vous souvenez, le Mwalimu Julius Nyerere s’était retiré au profit d’Ali Hassan Mwinyi qu’il avait préparé. Il s’est retiré mais pas complètement parce qu’il est resté aux commandes du parti unique au pouvoir le CCM, leChama Cha Mapinduzi. Notre grand voisin de l’est n’a connu que des alternances démocratiques entre membres du CCM même après l’instauration du multipartisme.

C’est une piste qui pourrait être explorée au Rwanda ou le Chama local s’appelle le Front patriotique rwandais et au sein duquel on pourrait bien trouver un candidat honorable aux élections présidentielles de 2017.

Nous avons eu de juillet 1994 à mars 2000 un vice-président qui est ensuite devenu président, pourquoi ne pas changer la constitution pour réintroduire ce poste de chef de l’Etat en réserve ?

NKB 17/02/2013

Irrempaulaçable ?

Kagame chooses team to plan ‘transition formula’ ahead of 2017 (The East African, Kenya, 16/02/2013)

La sortie de Bernardin ou la faillite intellectuelle (Ismaël Mbonigaba, 16/02/2013)

2017 : Bazarase dutege icyico ngo batagira ngo ? (Igihe, par Bernardin Ndashimye, 15/02/2013)

Big debate starts on whether Kagame contests another term (The Rwanda Focus, 10/02/2013)

Le président rwandais renonce à briguer un troisième mandat en 2017 (PANA, 09/02/2013)

Kagame succession: A headache party would rather wish away (The East African, Kenya, 22/12/2012)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Bernardin Ndashimye: Kagame président après 2017 !

  1. CCM a uni les Tanzaniens, rien de comparable avec ce FPR qui a divisé, massacré et envoyé des millions à l’exil. Votre analyse est purement et simplement flatteuse. À la lumière de M. Ndashimye, vous ne cachez pas votre souhait de voir le FPR et Kagame s’éterniser au pouvoir à Kigali. Je vous souhaite bonne chance, mais je crois que la volonté du peuple rwandais est autre.

  2. nkbnkb dit :

    En attendant une alternative – sérieuse – au FPR, on se contentera de ce qu’on a. Tout et n’importe quoi et même le chaos sauf le FPR n’est pas une solution envisageable. Nous avons déjà connu ça.

  3. Ignace SEKIMONYO dit :

    SI JE POUVAIS TROUVER PAUL KAGAME, JE LUI CONSEILLERAIS D’IMITER Boris Nikolayevich Yeltsin. MAIS UN SERIEUX PROBLEME SE POSER :EST- IL FACILE POUR LUI DE TROUVER QUELQU’UN COMME VLADIMIR PUTIN POUR LUI REMPLACER EFFICACEMENT.
    LA SEULE CHOSE QUI SERAIT BON POUR KAGAME EST DE SE REPOSER POUR QU’IL S’OCCUPE MIEUX DE SA FAMILLE.
    DU RESTER JE DEMANDERAIS A SES FLATEURS DE CESSER « THAT DIRTY GAME » PCQ JE SAIS TRES BIEN QUE NOTRE PRESIDENT SAIT TRES BIEN CE QU’IL FAUT FAIRE, MAIS COMMENT LE FAIRE SEMBLE UN EPINEUX PROBLEME POUR LUI.

  4. solo dit :

    Personne n’est irremplaçable…sauf aux yeux de ceux qui profitent de cette position! Pensez-vous vraiment que la population demande spontanément à cet homme une prolongation de son mandat? Ou mise en scène pour qu’après il fasse semblant de répondre aux « demandes » du peuple!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s