RD Congo : essayons de comprendre le Rwanda


A entendre certains porte-parole officiels et privés du Rwanda, le monde entier a tout faux sur la RD Congo.

Tout d’abord parce que le Rwanda avait contribué à trouver une solution à l’avant dernière crise dans l’est du Congo. La rébellion CNDP menée par Laurent Nkunda avait été désactivée grâce à la neutralisation de celui-ci et à la signature des accords du 23 mars 2009 qui intégraient ses troupes dans les Forces armées de République démocratique du Congo.

Avant même ses accords, les troupes du Rwanda et celle du Congo avaient mené des opérations communes contre les rebelles rwandais présumés génocidaires des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Une solution locale avait été trouvée à un problème local sans avoir besoin de l’aide de la communauté internationale représentée massivement par la Monuc (la Monusco de l’époque) et inutilement selon beaucoup.

Donc quand la révolte a de nouveau enflammé l’est de la RDC dans la première moitié de 2012, Kigali a dénoncé l’immixtion des étrangers à la région qui accusaient le Rwanda d’être derrière les nouveaux fauteurs de troubles.

Ces néfastes et nocifs étrangers, ce sont ces experts des Nations Unies, ces médias comme la BBC qui ont relayé la fuite d’un rapport à venir, des ONG de défense des droits de l’homme comme Human Rights Watch et puis les pays qui ont cru leurs compatriotes étrangers et qui ont ensuite successivement  fermé les robinets de l’aide au Rwanda.

Le deuxième point important pour le régime du FPR c’est que les problèmes de la RDC sont des problèmes purement internes et qu’ils n’ont pas besoin du Rwanda pour naître parce qu’à Kigali on a une très piètre image du pouvoir congolais. Kinshasa serait l’antithèse, le négatif parfait de Kigali: chaos, gaspillage, incompétence, désorganisation, inefficacité, mauvaise gouvernance, corruption, irresponsabilité, indiscipline, etc. Le Rwanda n’y serait donc pour rien. Inutile de perdre son temps et son argent à créer des problèmes dans un endroit où ils foisonnent naturellement.

Autre chose, le régime rwandais est issu de mouvements de guérilla ougandais et rwandais qui n’ont pas demandé d’autorisation à quiconque – même pas aux futurs libérés – pour libérer leur pays et il considère que la libération du Congo par qui que ce soit – de préférence une connaissance proche idéologiquement – serait un moindre mal.

Les Tutsi et les Hutu congolais et les Rwandophones ?

Quand le chef de l’Etat dit qu’il ne sait pas comment des Rwandophones se trouvent en RDC, il fait en fait non seulement allusion aux Belges – et les autres colonialistes européens – qui les y ont emmené mais aussi et surtout qui ont tracé la frontière entre les deux pays sans tenir compte des populations. Ils ne peuvent pas aujourd’hui amener une solution à un problème qu’ils ont créé.

En plus, il y a des génocidaires impunis contre lesquels personne ne fait rien. Au lieu de cela, depuis plus de six mois on persécute les seules personnes qui les ont pourchassés efficacement.

Alors coupez vos aides, des Rwandais à l’intérieur des 26338 km2 vous diront qu’ils ont vu pire entre avril et juillet 1994 au Rwanda et même avant – et après – dans les pays d’accueil des réfugiés rwandais.

La question que nous nous posons est : Qui veut revivre 1997, 1996, 1994, 1990, 1972, 1959, etc. ?

NKB 03/12/2012

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s