Rwanda : numéro 1 en idéologie génocidaire


En cette période de commémoration du génocide des Batutsi au Rwanda, l’idéologie du génocide ou idéologie génocidaire et la lutte contre celle-ci est un sujet qui s’impose dans l’évocation de la tragédie de 1994.

Beaucoup de discours et d’écrits y consacrés évoquent cette idéologie criminelle traduite ingengabitekerezo ya Jenoside (itsembabwoko) soit littéralement un guide de la pensée (des idées) du génocide.

En mettant « idéologie génocidaire » dans un moteur de recherche, tous les premiers résultats sur plusieurs pages concernent uniquement le Rwanda (et parfois le Burundi après avoir cliqué plusieurs fois) à croire que le concept n’existait pas avant que les Rwandais ne souffrent du crime des crimes et que cela soit reconnu par la communauté internationale.

Cela faisait longtemps que nous n’avions plus consulté le site d’informations générales sur le Rwanda Igihe.com mais le 15 avril nous l’avons fait et nous avons eu le regard attiré par un titre qui contenait le fameux, la fameuse ingengabitekerezo ya Jenoside

C’était donc une bonne opportunité pour apprécier comment cette idéologie génocidaire se vit concrètement au Rwanda.

Nyuma yo kubaza ikibazo, akurikiranyweho ingengabitekerezo ya Jenoside

Il est poursuivi pour idéologie du génocide, après avoir posé une question

Ce n’est pas parce que la personne en question a simplement posé une question banale qu’elle est actuellement visée par la justice rwandaise mais parce que son interrogation qui peut sembler banale à première vue concernait une différence de traitement – selon lui -entre les Tutsis et les Hutus. Cet habitant (âgé selon Igihe) du District de Muhanga dans la Province du Sud a été arrêté le 11 avril après avoir demandé, dans une discussion consacrée justement à la mémoire du génocide, pourquoi il n’existait pas de fonds qui assiste les Hutus comme il en existe pour les Tutsis.

Igihe n’a pas eu accès à l’interessé mais un responsable local a rapporté les termes controversés qu’il aurait prononcés :

“Kuki mu Rwanda hari ikigega kirihira Abatutsi, Abahutu barihirwa na nde ?”

Pourquoi y-a-t-il un fonds au Rwanda qui paie pour les Tutsis, qui paie pour les Hutus ?

Vous vous dites innocemment qu’il aurait dû obtenir une réponse qui lui aurait par exemple expliqué que le fonds en question n’aidait pas les Tutsis en général mais les victimes du génocide des Tutsis qui ne sont pas nécessairement des Tutsis puisque des personnes assimilées ou associées aux Tutsis ont été victimes de ce génocide, etc. Mais non, au lieu de cela il a été arrêté et placé en détention au poste de police de Nyamabuye. Il devrait être jugé pour ces paroles qui ne sont pas prises à légères dans le Pays des Mille collines.

L’article d’Igihe a débuté en expliquant que l’orateur du jour avait expliqué qu’à la différence des régimes précédents, l’actuel avait supprimé la mention de l’ethnie dans les documents d’identité et qu’il n’y avait donc plus d’ethnies (amoko) et que tous les enfants du pays étaient traités de la même manière. Qu’ils étudient tous, que les orphelins du génocide contre les Tutsis sont assistés (financièrement) dans leurs études, etc. 

Notre idéologue du génocide présumé – qui ne serait pas un cas isolé – a donc dû se dire mais pourquoi pas mes enfants ou mes petits enfants ? Malheureusement pour lui mais heureusement pour ces victimes présumées (ceux qui ont été blessés par les mots qu’il aurait prononcés) c’est au tribunal que la réponse lui sera fournie et si il est reconnu coupable on y ajoutera une sanction pénale ad hoc.

Si l’article termine en nous informant que ce sage « turbulent » a reconnu les faits et a demandé le pardon, pas de mention d’un examen éventuel par un psychologue pour savoir si il avait « toute sa tête » ou pas.

De trois choses l’une soit il est sain et il est honnêtement et sincèrement convaincu du  bien-fondé de sa question, soit il est fou pour oser s’exprimer ainsi en cette période au Rwanda ou alors c’est un individu cynique et sadique qui prend du plaisir à retourner le couteau dans la plaie des victimes du génocide.

Le ministère public qui a décidé qu’il soit immédiatement et indéfiniment appréhendé, doit pencher pour la dernière possibilité et se dire qu’il y a suffisamment d’éléments de preuve pour agir dans ce sens.

Si l’on parle aujourd’hui beaucoup de cette idéologie génocidaire au Rwanda, c’est parce que ça ne fait que 18 ans que le génocide a été commis mais aussi parce que les autorités actuelles du pays ont opté pour une approche répressive implacable contre toute allusion à des discriminations ethniques au Rwanda… au lieu de gérer éventuellement ces dernières. Si elles existent !

A suivre !

NKB 16/04/2012

Conseils du jour : ne réfléchissez pas à voix haute, tournez la langue sept fois dans votre bouche avant de parler et surtout, taisez-vous.

L’idéologie génocidaire : « ça » existe !? (NKB, 24/04/2008)

Cet article a été publié dans Lutte contre l'intolérence, Rwanda, Grands Lacs, Afrique, Terre.. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s