Des catastrophes plus catastrophiques en Afrique ?


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les catastrophes se produisent sur la terre entière, qu’elles soient purement accidentelles ou provoquées par l’homme mais il semble que sur le continent berceau de l’humanité elles y sont plus fréquentes et elles sont comme nous l’avons mis dans le titre « plus catastrophiques » pour dire qu’elles y atteignent malheureusement souvent une ampleur plus grande qu’ailleurs.

Pourquoi ? Et Comment ? Prenons de récents exemples : hier matin en République du Congo dont la capitale est Brazzaville (d’après Savorgnon de Brazza l’ européen qui a capturé le territoire de l’actuel république au profit de la France), le contenu d’un dépôt d’armes a explosé pendant plusieurs heures et l’on compte déjà 200 morts  et des milliers de blessés. Parmi ces malheureux, on dénombre de nombreux civils dont les logements se trouvaient, d’après les témoignages de gens ordinaires, à proximité de cette armurerie.

Donc si cet accident – jusqu’à preuve du contraire fournie par une enquête – évitable ou non avait eu lieu dans un camp militaire à l’écart de résidences de civils et que les dépôts d’armes et de munitions avaient par exemple été placé en sous sol assez profondément, il est certain que l’on déplorerait actuellement beaucoup moins de victimes et de dégâts.

Les déflagrations ont été entendues jusqu’à Kinshasa de l’autre côte du fleuve Congo mais les ondes de choc ont, dit-on, détruit de nombreuses fenêtres dans la capitale de la République démocratique du Congo, alors imaginez la scène tout autour du camp militaire !

Un autre exemple, la veille en Guinée (la République de Guinée, capitale Conakry), un camion de marchandises s’est abîmé dans un ravin après que – très probablement – ses freins ont lâché. Bilan : 50 morts parce que le camion transportait des passagers. Un peu partout en Afrique, les camions transportent aussi régulièrement des voyageurs et quand ils ont des accidents on déplore plus que la perte de la cargaison et celle du pauvre chauffeur.

Il est impossible d’éviter complètement les accidents et les catastrophes naturelles ou humaines mais on peut en réduire l’impact en les prévoyant et donc en disponibilisant les ressources nécessaires pour que les gens ordinaires n’y soient pas exposés ridiculement, inutilement et cyniquement. Mais pour ce faire c’est toute la question de la bonne gestion de ces ressources dont regorge l’Afrique. Toujours potentiellement riche, il faut qu’elle le devienne sérieusement !

Les Nouvelles de Kinshasa à Brazzaville, 05/03/2012

Au moins 200 morts à Brazzaville

Congo: un «court-circuit» à l’origine de l’explosion de Brazzaville

La gigantesque explosion hier à Brazzaville

Les explosions de Brazzaville ont fait au moins 146 morts
« une onde comme un tremblement de terre »

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s