Gakurazo, dimanche 5 juin 1994: qui est responsable ?


Mgrs Gasabwoya, Nsengiyumva, Ruzindana et leurs suites :
Vendredi 13 juin 2008

Les suspects, qui étaient entrés dans l’APR en venant du Rwanda, ont découvert que tous les membres de leurs familles qui s’étaient réfugiés à Kabgayi avaient été tués. C’est suite à cela qu’ils ont déchargé leur colère sur les hommes d’église.
Trad. NKB
« The suspects, who originally joined the RPA from within Rwanda, arrived to find all members of their families who had taken refuge at Kabgayi had been killed, consequently they vented their anger on the clergymen. »
C’est la version officielle qui n’a pas varié depuis 1994 mais elle est contredite radicalement par d’autres, ci-dessous.
D’après l’unique quotidien rwandais The New Times, quatre membres des Forces rwandaises de défense suspectés d’avoir joué un rôle dans l’assassinat de religieux après la prise de Kabgayi par les troupes du Front patriotique rwandais ont été arrêtées le 11 juin.
Il s’agit du général de brigade Wilson Gumisiriza, du major Wilson Ukwishaka, du capitaine John Butera and du capitaine (retraité) Dieudonné Rukeba. Parmi ceux-ci figure dans le groupe de personnes identifiées par le juge espagnol comme étant responsable du massacre de Gakurazo.

L’Extrait de l’ordonnance du juge Espagnole sur le massacre des religieux dont trois Evêques du Rwanda :
Le témoin a identifié deux des tireurs, le lieutenant Wilson Gaboniza et le caporal Samuel Karenzezi alias « Viki ». De même, il a identifié les commandants qui sont intervenus directement au cours de cette opération, signalant les suivants, par grade hiérarchique décroissant :
– colonel Fred Ibingira, Commanding Officer* du Bataillon 157 Mobile, sous les ordres stricts du général major Paul Kagame,
– colonel Erik Murokore, adjoint au Commanding Officer du Bataillon 157 Mobile,
– capitaine Wilson Gumisiriza, Intelligence Officer* (I.O.) du Bataillon 157 Mobile, et
– capitaine Willy Bagabe, adjoint de l’Intelligence Officer (I.O.) du Bataillon 157 Mobile.

Source : http://perewenceslas.centerblog.net/7.html (Le blog du père Wenceslas Munyeshyaka accusé de crimes contre l’humanité et en détention provisoire en France)

Le Centre de lutte contre l’impunité et l’injustice au Rwanda dans son communiqué n° 49/99 du 18 avril 1999 place la responsabilité des faits survenus à Gakurazo le 5 juin 1994 sur Paul Kagame via Jackson Nkurunziza alias Jack Nziza.
Trois evêques catholiques (Mgr Vincent Nsengiyumva, Archevêque de Kigali, Mgr Thaddée Nsengiyumva, Evêque de Kabgayi, Mgr Joseph Ruzindana et Mgr Gasabwoya (ancien Vicaire général du Diocèse de Kabgayi ) et une dizaine de prêtres ont été massacrés le 5 juin 1994 à Gakurazo (diocèse Kabgayi-Gitarama) par les soldats du FPR commandés par le Major Jackson NKURUNZIZA vraisemblablement sur ordre direct du Général KAGAME. Pourtant ils avaient tenté de protéger jusqu’au bout les 35.000 réfugiés à l’Evêché de Kabgayi. Ils avaient refusé l’offre d’évacuation leur faite pour ne pas abandonner les réfugiés aux miliciens hutu.

Trois documents pris au hasard, trois versions très différentes – ou complémentaires ?
d’un même fait. Un autre fait : les nouvelles autorités ont refusé que l’archevêque Vincent Nsengiyumva soit inhumé, comme la tradition catholique le veut, dans sa cathédrale.
Jusques à ce jour le FPR a refusé les obsèques de deux des trois évêques assassinés. Ils reposent dans une fosse commune dans la cathédrale de Kabgayi au centre du Rwanda. http://perewenceslas.centerblog.net/7.html

Le témoignage du père Vénuste Linguyeneza

J’en fais le récit parce que témoin, parce que de fausses ou incomplètes relations circulent, parce qu’on ne demande pas aux témoins ce qui s’est réellement passé (même l’épiscopat rwandais, jusqu’à ce jour, ne m’en a jamais demandé le récit) et parce que, même les études les plus récentes, donnent toujours, des faits, la version du Front Patriotique Rwandais (F.P.R.). Et pourtant beaucoup de témoins sont encore en vie qui pourraient en faire chacun sa relation : le recoupement de ces différents témoignages donnerait un récit le plus complet et le plus fiable possible. On pourrait même retrouver les noms des responsables militaires du site de Kabgayi, qui sont vraisemblablement les responsables de cet assassinat prémédité, faut-il le souligner.

NKB 13/06/2008

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s